Action contre Bouygues Construction à Bordeaux

Publié le par la Rédaction







Anti-CRA Bordeaux, 18 janvier 2010.


Compte-rendu rapide de la manif express du 16 à Bordeaux

Nous sommes une centaine à nous retrouver place de la Victoire.

30 minutes plus tard on commence notre petite déambulation jusqu’à un chantier de Bouygues sur les panneaux duquel sont collées de nombreuses affiches peintes à la bombe («feux aux centres de rétention», «no border no nation», «Bouygues exploite des sans-paps», etc. voir en lien). On refait la même 50 mètres plus loin sur la vitrine d’une agence Bouygues Immobilier. Les flics interviennent pour protéger l’agence. On se casse presque aussitôt et on se disperse rapido.


En tout trois petits quarts d’heure de manif : tant mieux ! Ça commence à être chiant de gueuler les mêmes slogans tous les samedi après-midi depuis un mois. On sent que ça use et que l’enthousiasme collectif du début n’y est plus. Et puis niveau efficacité j’ai des gros doutes…


Rendez-vous est donné mardi prochain (demain en fait) à 19h30 à la Victoire pour une MANIF NOCTURNE, FESTIVE, BRUYANTE ET RADICALE (?!) pour célébrer l’incendie du CRA de Bordeaux il y a un an jour pour jour, le 19 janvier 2009, et pour empêcher sa reconstruction… entre autres.


Indymedia Nantes, 18 janvier.


Contre la rétention

Le jeune collectif bordelais contre les centres de rétention a manifesté samedi.

Ils étaient nombreux et avaient tous le même objectif : faire du bruit pour rompre le silence autour des Centres de rétention administratifs (CRA).

Samedi, ils ont manifesté dans la capitale girondine à l’occasion de deux anniversaires : l
incendie du CRA de Bordeaux, le 19 janvier 2009, et le début du procès des sans-papiers accusés de lincendie du CRA de Vincennes, qui a eu lieu en juin 2008.

Prêts à faire du bruit

Le jeune collectif, formé en décembre 2009, se réunissait ce week-end pour la deuxième fois. Panneaux en faveur de la liberté, banderoles, mégaphones en pagaille et bidons vides, les manifestants étaient prêts à faire du bruit.

Ils ont toutefois été surpris par la pluie et un autre événement programmé simultanément à la Victoire : des majorettes se déhanchaient et agitaient leur bâton au profit de la lutte contre la mucoviscidose.


C
est donc avec près dune demi-heure de retard que les manifestants ont remonté le cours Aristide-Briand, avant de déambuler dans toute la ville. Leurs propos, autant que leurs tracts, sont explicites : ils protestent «contre les vautours qui se font du fric avec la machine à expulser». En plus de la fermeture des CRA, ils revendiquent le système denfermement instaurer en France et la cause des sans-papiers.

Demain, une autre mobilisation nocturne est prévue à partir de 19h30 pour le premier «anniversaire» de l
incendie du centre de rétention de Bordeaux.

Leur presse (Julie Delvallée, Sud-Ouest), 18 janvier.


P
etit cr angevin

Salut

Bon ben nous non plus nous n’étions pas très nombreux, une cinquantaire à vrai dire.


Une petite prise de parole. Et puis zou c’est parti avec en tête une banderolle en solidarité avec les présumés incendiaires du cra de Vincennes. Des diff sur le parcours, et puis pas mal de collage de l’affiche de la semaine de solidarité mais aussi contre la contruction du centre de Sternokerzeel (près de Bruxelles). Des petits arrêts devant certains outils de la machine à expulser ont été faits et des slogans du type : «wanted la poucave, montre-nous ta sale gueule de balance, wanted la boucava tatatatatatata». Voila c’est un peu mou du genou, mais un peu drôle quand même parfois.


Indymedia Nantes, 18 janvier.

Commenter cet article