Ça siphonne, ça siphonne...

Publié le par la Rédaction

Les vols de carburants se banalisent

 

La pénurie de carburant s'installe, et avec elle les vols se multiplient. Principales victimes : le transport et les artisans comme à Contres ce week-end.

 

 

On pensait voir le bout de la pénurie ce début de semaine. Il n'en est rien, bien au contraire, elle s'installe et ne se limite pas à l'Indre-et-Loire. Trouver de l'essence ou du gazole en ce moment est un vrai casse-tête.

 

Pas pour tout le monde. «Siphonnages», pipettes et pompages reprennent du service. Les sociétés de transports et les artisans en sont les principales victimes. Le week-end dernier, une entreprise controise a été victime d'un vol de gazole sur l'un de ses véhicules. Une plainte a été déposée.

 

La contenance des réservoirs des engins de chantiers, tracteurs et camions attire les convoitises et constitue des cibles privilégiées pour le rôdeur en mal de carburant. Les véhicules utilitaires ne disposent pas tous de système antivol, comme c'est le cas de la grande majorité des automobiles récentes. Rien n'empêche alors de siphonner les cent ou deux cents litres du réservoir d'un camion. «Nous restons toujours très discrets sur la fréquence des approvisionnements de nos réserves et sur leurs capacités», explique un transporteur du département. «Raconter les difficultés que nous rencontrons sur la route, y compris pour faire le plein de nos véhicules, aucune difficulté, en revanche il n'est pas question de s'étendre sur le fonctionnement interne de l'entreprise.»

 

La parade oblige à mettre en place des dispositifs de sécurité suffisamment sophistiqués pour dissuader les voleurs, ou d'avoir recours à des astuces comme celle consistant à garer les véhicules flanc contre flanc, ne laissant ainsi aucune possibilité d'accès aux réservoirs.

 

Pire encore les vols commis dans les exploitations agricoles, souvent isolées. La citerne au fond du hangar non clos est accessible aisément, et pour faciliter les choses, elle est la plupart du temps munie d'une pompe manuelle aussi discrète qu'efficace. Fort heureusement c'est aussi à la campagne que l'on trouve les meilleurs chiens de garde.

 

Leur presse (La Nouvelle République), 26 octobre 2010.

 

 

Belley : Les gendarmes siphonnent un réseau de vols de carburant

 

Un dossier de plusieurs tomes sur le bureau du juge, pour la bagatelle de 11 000 litres de carburant siphonnés en quelques mois. De quoi laisser songeurs les automobilistes actuellement touchés par la pénurie. En panne d'alibi, cinq suspects ont été placés en détention provisoire, hier soir, à l'issue de leur présentation au palais de justice de Bourg-en-Bresse, lors de l'audience des comparutions immédiates.

 

Soupçonnés d'une impressionnante série de vols de carburant commis depuis le début de l'année dans des poids lourds en stationnement ou dans des entreprises de transport, principalement dans le bas Bugey, les cinq hommes âgés de 24 à 37 ans, d'origine albanaise, kosovare et macédonienne, seront jugés sur le fond début novembre, par le tribunal correctionnel. Ils auront sans doute bien besoin de ce délai pour préparer leur défense et dénicher un avocat ayant envie de s'ingurgiter la pile de dossiers que constitue la procédure.

 

Filés de près depuis plusieurs semaines par les enquêteurs de la brigade des recherches de Belley, ils avaient été interpellés mercredi matin, tous sur Belley et ses environs. Pour l'occasion, une trentaine de militaires de la compagnie de Belley et du Groupement avaient été mobilisés, renforcés par une équipe cynophile et un spécialiste en nouvelles technologies, pour l'étude de la téléphonie. Huit arrestations au total, trois remises en liberté rapides, c'était l'aboutissement d'une enquête de longue haleine, des mois de filatures et de recoupements d'informations, consécutives à une recrudescence constatée de faits similaires, dans la région de Belley. Satisfaction générale au sein de la gendarmerie, cette «activité» frauduleuse ayant plutôt progressé ces derniers temps. «On s'aperçoit que le carburant, un peu à l'image du cuivre, est devenu une denrée recherchée, qui se revend facilement et permet donc un bénéfice rapide», explique le colonel Falzon, commandant en second du Groupement.

 

Artemare en janvier 2010, Murs-et-Geligneux puis Seyssel en février, Chazey-Bons en avril et août, Belley en juin et en août, mais aussi Culoz, Château-Gaillard, Montagnieu en Isère ou La Motte-Servolex en Savoie, une trentaine de vols, au préjudice de camionneurs ou de sociétés de transport, ont été rapprochés, de par les similitudes sur le mode opératoire ou les correspondances de traces ADN.

 

Un des mis en cause, arrêté en possession de bidons d'essence, sera poursuivi pour recel. Les autres ont globalement fait le choix de nier leur implication dans un trafic de grande envergure. La contrebande de carburant volé vient de prendre un coup de pompe.

Leur presse (Le Progrès), 22 octobre.

 

Un habitant de Viriat (Ain) interpellé en Haute-Loire pour vol de carburant

 

Un habitant de Viriat dans l'Ain, âgé de 23 ans, a été interpellé par les gendarmes de Monistrol-d'Allier (Haute-Loire) vendredi. Trois jours plus tôt, ces mêmes gendarmes avaient été saisis d'une plainte des responsables de la carrière Cubizolles située le long de la route départementale 589. Ces derniers avaient constaté le vol de carburant dans les réservoirs d'engins garés dans la carrière. Des témoins avaient repéré la Mercedes du voleur, immatriculée dans le Bas-Rhin. Déjà connu de la gendarmerie, l'individu a reconnu les faits et sera présenté au délégué du procureur le 5 novembre.

Leur presse (Le Progrès), 19 octobre.

 

Lyon : Vol de carburant dans une carrière

 

Un Villeurbannais de 22 ans a été arrêté le 14 octobre. Il a reconnu avoir pénétré par effraction dans une carrière située à Décines, dans la nuit du 23 au 24 septembre. Il y a dérobé du carburant et dégradé plusieurs véhicules. Il est présenté au Parquet ce vendredi.

Leur presse (Lyon Capitale), 15 octobre.

 

Un jeune Mendois pris en flagrant délit de vol de carburant

 

Un Mendois de 22 ans a été interpellé par la police mardi en flagrant délit de vol de carburant. Placé en garde à vue, le jeune homme devra répondre de ses actes devant le tribunal, sachant que d’autres vols du même type lui sont reprochés. Ils ont été commis à Mende au début du mois, et sur l’aire de la Lozère au mois de mai dernier.

Leur presse (Radio Totem), 7 octobre.

 

Carcassonne : Trois jeunes gens arrêtés pour vol de carburant sur une pelleteuse

 

Dimanche soir, vers 22h40, à Limoux, trois individus, un majeur et deux mineurs, ont été interpellés par la gendarmerie nationale, alors qu'ils étaient en train de voler du fioul sur une pelleteuse appartenant à la société Robert. Les trois larrons avaient déjà été arrêtés par la maréchaussée, il y a peu, pour d'autres faits. Les intéressés ont reconnu le vol, excipant du fait qu'ils seraient tombés en panne de carburant.

Leur presse (L’Indépendant), 5 octobre.

 

Nîmes - Vol de carburant : il sera jugé le 19 octobre

 

Les gendarmes du peloton autoroutier de Grand-Gallargues ont surpris deux hommes impliqués dans une affaire de vol de carburant sur l'A9.

 

Il devait être jugé, hier, lors d'une comparution immédiate. Ce conducteur roumain, possesseur d'un poids lourd et demeurant à Montpellier, a préféré demander un délai pour préparer sa défense. Cet homme, aidé par une seconde personne qui a été remise en liberté depuis, aurait siphonné plus de 2000 litres de carburant. Quatre poids lourds stationnés sur l'aire d'autoroute de Marguerittes ont été victimes de ce pillage. Apparemment, le camion du suspect était équipé de trois réservoirs supplémentaires, ce qui permettait au conducteur et à son compagnon de siphonner puis de remplir à bloc ses cuves. Aux enquêteurs, ce Roumain a avancé qu'il s'arrangeait souvent pour acheter du gasoil sur l'autoroute auprès d'autres conducteurs. «C'est la première fois que je passe devant un tribunal», a déclaré hier le Montpelliérain, assisté de Me Céline Alcalde. « Il s'est installé comme auto entrepreneur, reprend son avocate. Aujourd'hui, il a besoin d'être remis en liberté avant d'être jugé pour qu'il puisse faire des recherches concernant son statut ou encore pour récupérer les disques de contrôle de son véhicule.» Le suspect a finalement été écroué. Il devrait comparaître le 19 octobre devant le tribunal correctionnel de Nîmes.

Leur presse (Midi Libre), 1er octobre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article