À Milan, le 7 décembre

Publié le par la Rédaction

Comme en Angleterre, en Italie beaucoup de facultés sont occupées et il y a des actions tous les jours. La tour de Pise a été occupée, comme plusieurs gares dans tout le pays, autoroutes et même des aéroports…

 

La révolte est partout.

 

 

 

 

Première de la Scala : des échauffourées et une protestation de Barenboïm

 

L'ouverture de la saison de la Scala à Milan (nord) a été marquée mardi par des échauffourées entre la police et des étudiants qui manifestaient contre les coupes budgétaires du gouvernement, et par une protestation du chef d'orchestre Daniel Barenboïm avant la Première, ont constaté des journalistes de l'AFP.

 

Avant l'hymne national et avant de diriger La Walkyrie de Wagner dans le célèbre théâtre milanais, le maestro s'est adressé au président italien Giorgio Napolitano, invité d'honneur, en se disant «très préoccupé pour l'avenir de la culture en Italie et en Europe».

 

Il a dit s'exprimer «au nom de tous les collègues qui chantent, dansent, travaillent non seulement ici mais dans tous les théâtres italiens».

 

Le maestro israélo-argentin a ensuite lu solennellement l'article 9 de la Constitution italienne, selon lequel «la République promeut le développement de la culture et la recherche scientifique et technique, protège le paysage et le patrimoine historique et artistique de la nation».

 

Auparavant, des escarmouches ont opposé les forces de l'ordre à une centaine d'étudiants peu après leur arrivée devant le théâtre pour participer à une manifestation de gens du spectacle et d'autres catégories contre la cure d'austérité imposée par la majorité de centre droit de Silvio Berlusconi.

 

Les manifestants, dont beaucoup coiffés d'un bonnet de père Noël, d'autres équipés de casques, ont tenté de franchir en lançant des pétards le strict cordon de sécurité établi tout autour de la place de la Scala avec des barrières métalliques. Les policiers en tenue anti-émeute les ont repoussés violemment en les frappant avec leurs matraques et en lançant des grenades lacrymogènes.

 

Un policier et un carabinier ont été blessés et soignés sur place dans une ambulance, selon l'agence Ansa.

 

«L'État continue à tailler dans les ressources, les coupes touchent tout le monde, de l'éducation au théâtre, c'est une attaque généralisée», a déclaré à l'AFP Roberto D'Ambrosio, membre du syndicat autonome CUB.

 

La manifestation, à laquelle participaient entre 200 et 300 personnes, regroupait à la fois des gens du monde du spectacle, des étudiants ainsi que des immigrés militant contre une loi qui les prive de leur permis de séjour six mois après la perte d'un emploi.

 

Sur une des banderoles, on pouvait lire : «La culture fait peur, ni esclaves ni ignorants mais critiques et protagonistes du spectacle de la vie. Luttons unis avec force contre les coupes.»

 

La saison du théâtre de la Scala est inaugurée ce mardi 7 décembre (jour de la Saint-Ambroise, patron de Milan) avec la Première de La Walkyrie de Wagner, dirigée par Daniel Barenboïm.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 7 décembre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article