À imprimer et à garder pour la prochaine manif...

Publié le par la Rédaction

 

Il y a deux ans j'étais restée sur le cul quand des CRS nous obligeaient à retirer nos autocollants en quittant la manif. Jamais je n'avais vu cela. 
Et puis j'ai reçu et diffusé la pièce jointe et oui j'avais bien raison d'être sur le cul… 
Et voilà que ce soir, à l'issue d'une manif bien gentille ils ont remis le couvert… Et je te fais chier, et j'abuse de mon pouvoir et je fais monter la pression…

 

Arrivés assez tôt on passe le barrage de CRS pour quitter la place de la Nation sans encombre, nos autocollants bien collés.

 

Mais quand les manifestants se firent plus nombreux à quitter la place pour bien gentiment s'envoyer une bière ou un chocolat chaud ou aller prendre le métro, nos musclors se sont sentis investis d'une mission : tu ne quitteras pas la place avec un signe distinctif d'appartenance à la manif… Banderole roulée, refoulé… autocollant, tu l'arraches…

 

On aurait pu imaginer que leur mission aurait été une dispersion rapide et fluide… que nenni…

 

Et seule une dame aux cheveux blancs leur a tenu tête. Ne vous laissez pas faire qu'elle s'indignait.

 

Une jeune femme aussi, sommée de retirer son autocollant l'a aussitôt collé dans le dos du CRS qui a eu un geste vers sa matraque et un regard noir… mais il a peut-être compris qu'un coup de matraque serait disproportionné car on le regardait… Mais ce fut à deux doigts.

 

Merci à vous deux, inconnues, pour qui resister a du sens. Pour qui résister ne se réfléchit pas toujours mais se vit dans l'instant, comme une nécessité, comme un impossible vivre autrement.

 

Alors faut savoir que non, ils n'ont absolument pas le droit de nous faire enlever nos autocollants, de nous refouler avec nos banderoles…

 

C'est la première manif contre la réforme des retraites où je vois la chose se produire, courante au moment de la mobilisation des universités. Signe qu'ils pensent qu'à nouveau tout leur est permis ;

 

Signe que quand on ne leur fait pas peur ils nous prennent pour des moutons.

 

Ben non ! La prochaine fois on pourrait leur montrer…

 

 

Mailing AG IDF, 6 novembre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article