Libération de Nathalie Ménigon

Publié le par la Rédaction

Appel urgent à solidarité

Notre camarade Nathalie Ménigon est en régime de semi-liberté depuis le 2 août. Même si les restrictions sont multiples (expression publique, déplacements, nuits et week-ends à la prison de Seysses en Haute-Garonne…), une porte est enfin entrouverte pour une liberté complète : c’est donc une très bonne chose.

Le collectif et Nathalie remercient vivement toutes celles et tous ceux qui, par leur soutien, ont permis de l’arracher à l’enfermement et à l’oubli.


Pratiquement, il va falloir faire face à différents problèmes matériels donc financiers :

— Frais pour les trajets journaliers entre la prison et son lieu de travail (deux aller-retour pour les accompagnateurs = 240 km par jour).
— Nécessaire pour le quotidien et pour le travail à l’extérieur.
— Pécule pour cantiner à la prison.
— Frais médicaux non remboursés…

C’est pourquoi nous lançons cet appel à solidarité. Un compte postal a été ouvert pour cela :
Les chèques de soutien sont à libeller à l’ordre de Fontagua et à envoyer à Alain Mantin, «Peyrelade», 32410 Cézan ou par virement direct à l’ordre de Fontagua, CCP : 1084235 H Toulouse.
    Toute autre forme d’aide à votre portée sera également bienvenue (notamment une petite voiture en état de marche pour les trajets). Vous pouvez également faire passer votre soutien par l’intermédiaire de membres des collectifs de soutien.


Merci d’avance,

Collectif Sud-Ouest pour la libération des prisonniers d’Action Directe


Voir aussi,
L’examen de la demande de libération conditionnelle de Jean-Marc Rouillan, le 4 septembre 2007
Appel à solidarité pour Nathalie Ménigon, le 8 août 2007

Nathalie Ménigon en semi-liberté
le 2 août 2007

Commenter cet article