Relaxe des incupé-e-s du consulat du Mexique à Dijon

Publié le par la Rédaction

Le 12 juin à la cité judiciaire de Dijon, six personnes étaient passées en procès pour «violation de domicile» et «vol aggravé avec violences» suite à une occupation du consulat du Mexique à Dijon qui s’était déroulée en marge des rencontre de l’Action Mondiale des Peuples en août 2006.
    Nous venons d’obtenir la nouvelle du jugement des inculpé-e-s du Consulat du Mexique à Dijon et victoire… c’est la relaxe générale pour les six inculpé-e-s.
    Voilà on peut se dire que la lutte et la défense juridique collective paient. Dans tous les cas, c’est important que la répression de cette action d’occupation n’ait pas abouti plus loin. Mais le plus crucial, c’est évidemment que la solidarité avec les luttes à Oaxaca continue, dans un cadre où les rebelles là-bas mettent leurs vies en jeu et n’ont malheureusement aucune chance d’être «relaxés» pour leurs actes de résistance.
     À ce titre, nous avons tenté de tirer profit de ce malheureux procès en expérimentant une organisation anti-répression politique et collective, mais aussi en participant à diverses actions d’information et de soutien aux luttes à Oaxaca, à Dijon depuis un an.
    Nous joignons ci-dessous un rappel des faits.
    La lutte continue !

Le collectif de soutien aux inculpé-e-s


Rappel : Le 12 juin à la cité judiciaire de Dijon, six personnes étaient passées en procès pour «violation de domicile» et «vol aggravé avec violences» suite à une occupation du consulat du Mexique à Dijon qui s’était déroulée en marge des rencontre de l’Action Mondiale des Peuples en août 2006. Un rassemblement de soutien avait mobilisé 80 personnes avec des expos, tables de presse et prises de parole sur la situation à Oaxaca.
    Rappelons que l’action incriminée s’était déroulée le 1er septembre 2006, en marge des rencontres de l’Action Mondiale des Peuples qui rassemblait à Dijon des centaines de militant-e-s de divers pays européens. Elle visait à montrer une solidarité vis-à-vis des luttes à Oaxaca, région du Mexique autogérée pendant quelques mois par une assemblée populaire, dans le cadre d’un soulèvement massif visant entre autre à chasser le gouverneur tyrannique de la région. Les occupant-e-s voulaient dénoncer la répression sur place, et demandaient à ce qu’un communiqué de protestation soit envoyé à l’ambassade, ainsi qu’à l’État mexicain depuis le consulat.
    Après des arrestations sélectives, à la couleur de peau notamment, et une garde à vue de quelques heures, six personnes ont été poursuivies sur différents motifs («violation de domicile», «vol aggravé» avec violences et en réunion) avec la volonté de criminaliser une simple occupation.
    Les inculpé-e-s et le comité de soutien ont décidé d’appeler à un rassemblement devant le tribunal lors du procès, afin de ne pas laisser passer cette menace sur les actions de solidarité, et plus spécifiquement les occupations. Ils et elles souhaitent par ailleurs continuer à visibiliser les luttes sociales au Mexique, mais aussi la répression terrible qui continue à sévir à Oaxaca depuis le soulèvement de l’an dernier.

Commenter cet article