Exposition censurée à La Perrière (61), nous protestons !

Publié le par la Rédaction

L’exposition «Ceci n’est pas une prison» sur les centres de rétention pour étrangers a été censurée par le maire de La Perrière.


Une expo très officielle

La Cimade est l’association qui a une convention avec l’État lui permettant d’intervenir dans les centres de rétention pour assister humainement et dans l’exercice de leurs droits les personnes étrangères retenues en attente d’expulsion du territoire français. Elle diffuse une exposition photographique intitulée «Ceci n’est pas une prison» où 33 photos et 4 panneaux explicatifs montrent et racontent la réalité de ces centres.
    Le collectif RESF/UCIJ* d’Alençon a déjà présenté cette exposition dans un centre social et dans un lycée. Des contacts sont pris avec d’autres lieux et le prochain est le bar «Le carnet de route» du 20 juin au 6 juillet. Le collectif libertaire de l’Orne, dont certains membres appartiennent à RESF/UCIJ, a décidé de présenter cette exposition à La Perrière, en collaboration avec l’association d’artistes Label Friche et dans les locaux de cette dernière.

Une censure très officieuse
Le maire de La Perrière, appuyé par son conseil municipal, a fait pression sur la Friche par l’intermédiaire de la communauté de communes, propriétaire des bâtiments de l’association, pour que cette expo soit décrochée. Elle dérogerait à la vocation artistique du lieu. Ce qui laisse entendre que les artistes (3 photographes professionnels en la circonstance) ont vocation à ne montrer que du beau qui ne dit rien. Guernica et Le Cri ne seraient donc plus de l’art. L’exposition ferait par ailleurs preuve de déviance intellectuelle. Montrer la réalité même quand elle n’est pas flatteuse est de la déviance intellectuelle ? Ou alors ne pas crier «Vive les expulsions ! Immigration sélectionnée !» avec l'UMP est de la déviance intellectuelle ? Ou peut-être est-ce tenir un discours social et politique qui ne va pas dans le sens du consensus électoral majoritaire qui est de la déviance intellectuelle ? Peut-être est-ce l’affichage sur les murs de sa ville des noms UCIJ, RESF et collectif libertaire de l’Orne qui apparaît aux yeux du maire comme de la déviance intellectuelle ?

Réagissons !
Militant-es de la liberté de circulation et d’installation, et tout autant de la liberté d’expression, nous nous élevons contre cet acte de censure révélateur de cette société autoritaire qu’il est urgent de combattre et nous vous invitons à :
— Exiger du maire de La Perrière que vive la liberté d’expression (Jean Bernardeau, fax : 02 33 83 89 23),
Venir voir l’exposition, toujours à La Perrière, dans «L’Atelier d’art», rue de la Grange où Label Friche l’a déplacée,
Contacter votre groupe local de la Cimade pour que cette exposition soit présentée dans le plus grand nombre de lieux possibles.


* RESF : Réseau éducation sans frontière, lutte pour la régularisation des parents sans-papiers des enfants scolarisés et pour celle des jeunes majeur-es scolarisé-es. Contact : 06 86 80 01 89 ;
UCIJ : Unis contre l’immigration jetable, collectif constitué comme partout en France contre les lois Sarkozy qui ont limité encore plus l’immigration et le regroupement familial. Contact : 06 08 09 26 12 ;
Pour les deux collectifs.

Commenter cet article