Pour avoir la justice, l’'égalité et la liberté Il va falloir lutter !

Publié le par la Rédaction

Face à la réaction …
L’élection de Sarkozy comme président de la république est vécue par de nombreuses personnes comme impossible à accepter, comme l’était la présence de Le Pen au deuxième tour de 2002. Le culte de l’argent, du travail pour le travail, de l’autorité, du mérite et de l’identité nationale suscitent, à juste titre, de l’indignation et de la révolte. Ces valeurs sont effectivement à refuser en bloc, comme sont à refuser l’économie de marché, le culte du drapeau français, l’ordre, qui n’a de juste que le nom, et les «centres fermés» pour mineurs avec encadrement militaire de sa concurrente du PS. Refusons, combattons les idées et valeurs réactionnaires qui ont été remises au centre du jeu par les tenants du même système en place. À travers le rejet de l’élection de Sarkozy, c’est bien le capitalisme et sa gestion par l’État qui sont remis en cause.

… ne pas se résigner, lutter collectivement …
Nous dénonçons la très lourde répression subie lors des manifestations de rue qui ont suivi l’élection de Sarkozy, que ce soit par la violence physique de l’autorité policière ou l’arbitraire d’une autorité judiciaire dont le seul objectif reste le maintien du système en place.
    Face à cette situation il n’y a pas de temps pour la résignation, les replis individuels ou les actes isolés. Il n’y a pas non plus de perspectives dans les actes se cantonnant à de l’anti-Sarkozy ou à des affrontements isolés et perdus d’avance avec la police. Pour nous, cette révolte légitime doit se concrétiser par un investissement sur le terrain social, pour créer des résistances importantes, retrouver le chemin des conquêtes sociales et du changement de société.
    Dès maintenant, nous appelons à renforcer les structures qui luttent et s’opposent aux politiques libérales et autoritaires du gouvernement. Partout, sur nos lieux de travail et de vie, organisons-nous, créons un maillage de résistance et d’émancipation sociale.

… loin des urnes …
Force est de constater que la voie électorale et la politique du vote le moins pire sont une impasse qui conduit aux reculs idéologiques dont nous sommes aujourd’hui les témoins et qui nous conduira toujours plus bas. Le Sarkozy de 2007 était dans la besace du Chirac de 2002 lui-même élu pour éviter Le Pen. Ce dernier avait profité des déçus du parti socialiste et de la gauche plurielle au pouvoir pour se hisser au second tour… Il faut rompre avec cette spirale descendante pour s’attaquer au système.
    Ne répétons pas les impasses du passé, les recompositions du centre gauche ou du 200% à gauche qui seront les trahisons ou les reniements de demain ou d’après demain. La prise de pouvoir et la gestion du système capitaliste, de Mitterrand à Lula ont toujours amené aux mêmes résultats. Tous ceux qui prétendent nous gouverner nous conduiront toujours dans des impasses.
    Il n’y a donc pas de temps à perdre dans les élections législatives, abstenons-nous pour ne pas donner de légitimité à ceux et celles qui feront pleuvoir les mauvais coups et construisons le rapport de forces social.

… pour construire une autre société.
Nous refusons d’être gouvernés. La société de liberté et d’égalité que nous voulons, cimentée par la solidarité, est une organisation sociale basée sur la démocratie directe et l’auto-organisation dans tous les domaines de nos vies, au travail comme dans nos quartiers. À partir de là, nous considérons que Sarkozy n’est pas plus légitime que ne l’aurait été Royal, ou tout autre prétendant, à nous imposer ses choix. Pour obtenir une société de justice, d’égalité et de liberté, nous ne devons compter sur aucune femme ou sur aucun homme providentiel. Il nous faudra la construire nous-mêmes, en dehors de la représentation politicienne.

Publié dans Agitation

Commenter cet article