Sans titre

Publié le par la Rédaction

On sait ce qui se passe à Paris.
Mais Chalon n’est pas épargnée.

J’ai vécu jeudi 12 avril vers 17h30, une arrestation qui restera gravée dans ma mémoire sur un jeune homme je pense d’origine slave, un mendiant, qui avait été dénoncé par le gérant de Prisu.

Cet homme a été maltraité d’ailleurs il saignait. Les flics l’ont traité de «bonne bête». J’ai hurlé ma colère, ma honte aux deux robocops qui se la jouaient et qui humiliaient un homme à terre, menotté aux mains et aux pieds. On m’a demandé de la fermer sous peine d’être aussi embarquée. J’ai continué quand même.

À part une mamie qui trouvait la scène «normale», mais c’est vrai que ça devient presque banal aujourd’hui, ma seule consolation a été de constater que la foule qui n’avait rien dit (quel dommage nous étions plus nombreux qu’eux !) était quand même révoltée. Certains disaient : voilà le monde Sarko et Le Pen. D’autres disaient avoir honte de ce qu’était la France.

Voilà j’ai crié et ensuite j’ai pleuré devant mon impuissance.

Fanny

Publié dans La police travaille

Commenter cet article