Grèce : Les facs partent en guerre

Publié le par la CNT-Jura


Après le mouvement étudiant de l’été dernier et l’énorme grève interprofessionelle (enseignants et élèves) dans les collèges et les lycées, les étudiants entrent de nouveau dans un bras de fer avec le ministère de l’Éducation et des religions.

La poursuite de la colère étudiante

Tout d’abord, le projet de loi de l’année dernière est maintenu. Il s’agit d’une loi fixant le maximum d
années détudes pour obtenir un diplôme (impossibilité de redoubler plusieurs fois).

De plus, depuis la chute de la dictature en 1974, la police n
a pas le droit de pénétrer sur les campus. Cest désormais le cas avec la suppression de l«asile universitaire». On peut donc imaginer quelle pourra librement étouffer toute activité contestataire.

Enfin, les étudiants sopposent à la volonté des deux grands partis au pouvoir de réviser larticle 16 de la Constitution interdisant la création duniversités privées.


Une contestation plus générale

La communauté estudiantine élargit ses revendications en s
attaquant au système éducatif dans son sensemble. Elle lutte en effet contre lensemble des directives imposées par lUnion européenne (réforme LMD/ECTS, système de sélection dès le lycée, division entre étudiants manuels et intellectuels, etc.).

Comme lors du mouvement de l
année dernière, on voit des lieux doccupation très vivants, des assemblées générales gigantesques, des manifestations et des actions coup de poing dans plus de 320 départements académiques (facs et IUT) dans tout le pays.

Répression féroce contre mobilisation massive

La manifestation du 9 mars à Athènes a rassemblé plus de 35.000 personnes, des étudiants, des lycéens, des enseignants et quelques travailleurs. Ceux-ci, bien que solidaires, ont des difficultés à se mettre en grève en raison de la timidité des grosses centrales syndicales.

En même temps, des manifestations avaient lieu dans d
autres villes (Thessaloniki, Patra, Karditsa, Giannena, etc.).

Ce mouvement fait face à une répression policière continue : lors de la manifestation du vendredi 9 mars à Athènes, des dizaines de personnes ont été envoyées aux urgences ; des dizaines de manifestants ont été arrêtés, 62 ont été inculpés.


CONTRE L’ÉCOLE DU FRIC ET DES FLICS :
NOUS SOMMES À LEURS CÔTÉS !
SOLIDARITÉ INTERNATIONALE !

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article