Répression contre la communauté kurde à Paris

Publié le par la CNT-Jura

L’Union Locale CNT de Besançon a été scandalisée et choquée d’apprendre la perquisition et l’intervention policière violente qui ont eu lieu le 5 février au Centre Culturel Kurde Ahmet Kayat et au Centre d’Information du Kurdistan (Paris). Quatorze militant(e)s kurdes, en majorité demandeurs d’asile, sont toujours en garde à vue. Nous demandons la libération des personnes arrêtées suite à cette rafle policière qui semble avoir été commanditée par l’État turc (dont les violences et violations des droits humains à l’encontre de la population kurde ne sont plus à démontrer).
    Aussi, l’UL CNT de Besançon tient à faire part de son indignation suite à la violente opération policière qui s’est déroulée contre un Centre Culturel situé à deux pas du QG de campagne de Nicolas Sarkozy.
    À l’heure où certains candidats à la présidentielles désignent les travailleurs immigrés comme bouc-émissaires, nous réaffirmons la nécessité de défendre le droit d’asile et les libertés démocratiques des immigrés.
    Nous appelons l’ensemble des organisations syndicales et progressistes de Franche-Comté à dénoncer l’opération policière du 5 février à Paris et à se tenir prêtes, s’il le faut, à faire face à d’éventuelles mesures répressives à l’encontre de réfugiés kurdes dans notre région.
Besançon, le 9 février 2007

Commenter cet article