Exactions de l'État à Calais : appel à soutien !

Publié le par la Rédaction

Carnage étatique à Calais

Malgré le départ d’une partie des hordes de chiens de l’État fin de semaine dernière, les exactions policières continuent sur place.

Samedi, vingt personnes migrantes furent arrêtées au camp des iraniens ainsi qu’un-e activiste No border.

Dimanche, deux migrants Iraniens furent arrêtés au matin. L’intervention durant la cérémonie de commémoration de la résistance et de la libération de Calais fut perturbée par la police.

Le lundi 28 septembre, une grève de la faim est annoncée par certaines personnes migrantes.

Ce mardi 29 septembre, le préfet Bousquet annonçait tôt au matin la destruction de la Jungle des Hazaras ce qui ne manqua pas d’être effectif. En parallèle tou-te-s les activistes No border présents sur les quais furent arrêté-e-s.

Deux personnes ont aussi été arrêtées au squat des Érythréens, la police a compté le nombre d’habitants, des rumeurs de destruction courent.

Parmi les activistes No border arrêté-e-s, dix ont reçu hier une convocation pour participation à une manifestation illégale ce dimanche, suite à une plainte déposée par la mairie UMP de Calais. Ils/Elles ont été auditionné-e-s mais restent pour certain-e-s en détention. Cinq d’entre eux/elles refusent de donner leur identité.

(Certaines informations sont peut être incorrectes, merci de m’en excuser.)

No One Is Illegal !
No Norder, No Nation, Stop Deportation !


Indymedia Lille, 29 septembre 2009.

Calais Solidarity


Appel à soutien à Calais pour les migrants en grève de la faim

Ceci est un appel à soutien urgent. Merci de faire suivre à vos réseaux et contacts.

Suite à une manifestation de militants No Border hier, à laquelle ont pris part des migrants venant d’Iran, du Soudan et d’Afghanistan, une grève de la faim va commencer pour protester contre la situation ici, à Calais.

Un nombre croissant de migrants d’origines diverses se rassemblent en ce moment pour s’organiser politiquement. Cette grève de la faim démarrera demain et les personnes qui la font nous ont demandé du soutien.

La présence de militants à Calais a augmenté à l’annonce de la destruction de la jungle des Pashtouns, mais est en train de retomber, et il y a besoin de davantage de personnes pour remplacer celles et ceux qui ont dû repartir. Les migrants sont toujours là. La destruction de leurs abris n’y changera rien puisqu’ils n’ont nulle part où aller.

Nous avons construit de bonnes relations avec beaucoup de groupes de migrants à Calais et c’est le bon moment pour s’engager auprès d’eux et leur manifester notre solidarité. Aucune compétence précise n’est demandée, même si ceux qui s’y connaissent en médecine, en droit, et en communication avec la presse nous seront d’une grande aide.

Ceux qui ne sont pas en mesure de venir à Calais en ce moment peuvent nous aider comme contacts presse et en rédigeant les communiqués de presse, ou encore en faisant des dons d’argent ou de matériel. Contactez-nous pour qu’on vous transmette la liste de nos besoins, pour apporter votre soutien ou pour nous dire que vous venez.

Commenter cet article