Occupation de la sous-préfecture de Calais

Publié le par la Rédaction


Cet après-midi, vingt militants No Borders ont occupé la sous-préfecture de Calais et ont demandé l’arrêt immédiat de la persécution des migrants et la liberté de circulation pour tous.

Les militants ont accroché une banderole avec écrit «Les droits de l’Homme n’ont pas de frontières» ainsi que d’autres faites par les migrants mardi dernier lors de leur expulsion de la jungle. Une des autres banderoles disait «La jungle est notre maison, ne la détruisez pas svp. Si vous la détruisez, ou pouvons-nous allez ?»

Les expulsions qui ont commencé mardi était censées se terminer aujourd’hui. Besson admet désormais que ces opérations policières vont probablement prendre plusieurs semaines. Une militante No Borders a dit : «Puisque la destruction de la jungle n’est pas une solution, la répression des migrants n’est pas prête de finir.»

Un autre militant a ajouté : «Au lieu d’attaquer les migrants, les gouvernements européens devraient essayer de résoudre les guerres et les inégalités qui forcent les gens a émigrer.»


This afternoon, twenty No Borders activists occupied the sous-prefecture in Calais, demanding an immediate end to the persecution of migrants and calling for freedom of movement for all.

The activists unfurled a banner proclaiming «Human Rights have no borders», alongside others made by migrants in response to their eviction on Tuesday. One banner read, «The jungle is our house, please don’t destroy it. If you do, so then where is the place to go ?»

The clearances which began on Tuesday were due to end today. However, Besson has now admitted that the operation is likely to continue for weeks. One activist commented «since the destruction of squats and jungles doesn’t offer a viable solution, the harsh repression of migrants has no end in sight.»

A fellow activist added, «Instead of attacking migrants, Western governments need to address the problems of war and economic inequality which force people into exile.»

Indymedia Lille, 25 septembre 2009.


TouTEs les occupantEs de la sous-préfecture ont été arrêtéEs.
15h16

Commenter cet article