Une association pour la promotion des coopératives sociales et solidaires dans l'Arc jurassien

Publié le par la Rédaction

Les coopératives s’allient
pour promouvoir l’
économie de demain

L’association pour la promotion des coopératives sociales et solidaires est née hier à La Chaux-de-Fonds. Elle entend stimuler une autre économie.

«Petit à petit, l’oiseau fait son nid.» Fidèles à l’adage, les militants d’Espace Noir n’ont pas lâché leur projet visant à la création et à la promotion de coopératives. Forts de leur expérience acquise au sein de la coopérative culturelle autogérée qui fait rayonner le Vallon de Saint-Imier, ils ont réuni en une association les partisans d’une économie sociale et solidaire. Dans un Arc jurassien sévèrement touché par la crise, l’objectif est ainsi de penser et développer une autre économie. Parmi les instigateurs du projet, le coopérateur d’Espace Noir Michel Némitz souhaite que l’association offre une alternative en termes de production. «Nous avons lancé l’idée de cette association bien avant la crise actuelle. D’ailleurs nous avions vu cette dernière venir depuis longtemps, peut-être justement parce que nous ne sommes pas économistes !» ironise-t-il.

«Il nous reste l’imagination»

Motivés par le drame de La Boillat, Michel Némitz et son équipe entendent dynamiser une région considérée comme périphérique qui ne rapporte plus les deniers sonnants et trébuchants attendus d’elle par les cercles de l’économie capitaliste. Le coopérateur souligne : «L’Arc jurassien ne doit pas se métamorphoser en une réserve d’Indiens !» Autrement dit : «Il ne faut pas laisser filer notre tissu économique, social et industriel vers des villes où il n’y a pas de logements et où le contrôle social est si aisé…»

Car pour Michel Némitz, la centralisation des emplois fait mourir des régions pourtant énergiques. «Le déplacement des centres de formation en dehors des cantons dits ruraux témoigne du dogmatisme néolibéral auquel le canton de Neuchâtel adhère.»


Le popiste chaux-de-fonnier Osorio German se réjouit lui aussi de voir l’association des coopératives faire des émules. Il complète le propos de Michel Némitz : «Les coupes opérées dans les domaines de l’éducation additionnées aux ponctions faites dans le social appauvrissent encore plus la région. Heureusement qu’il nous reste de l’imagination !»

Osario German reprend : «Dans les Montagnes neuchâteloises, nous nous attendons à atteindre un taux de 10% de chômage dès la fin de cette année. La précarité dans laquelle sombre une partie de la population nous oblige à développer d’autres manières de penser l’économie. Donc, d’autres manières de gagner notre vie.», Selon le popiste, une économie sociale et solidaire regroupée autour de coopératives représente une issue créative à ne pas négliger.

Michel Némitz en est persuadé : «L’alliance de nos forces et compétences nous rendra plus forts. Nous voulons travailler avec les syndicats et autres associations. Il s’agit de ne pas se laisser emporter par le courant dominant. Et de le remonter ensemble pour atteindre d’autres rives.» Le coopérateur d’Espace Noir a d’ailleurs déjà tissé des liens avec des associations de coopératives similaires, qu’elles soient françaises ou genevoises.

Possibilité de corriger le tir

Pour Osario German et Michel Némitz l’association de coopératives qui vient de naître doit être perçue comme une possibilité de corriger le tir grâce à la participation du plus grand nombre d’intéressés. «Il serait vain de fabriquer un projet pour l’imposer aux autres. Seule la multitude des réponses forgera une autre société.»

D’où la future création de diverses entreprises sociales liées aux activités que les coopérateurs décideront de soutenir : audiovisuel, informatique, développement d’énergies renouvelables… Michel Némitz conclut : «Pourvu que les gens mettent eux-mêmes la main à une pâte qui leur appartient.»

Isabelle Stucki - Le Courrier, 24 septembre 2009
Quotidien suisse et indépendant.

En France, depuis son congrès de Lille (2008) la CNT a créé une commission «Coopératives syndicales / économie coopérative».

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article