Solidarité avec Pascal - lundi 21 septembre à Nîmes

Publié le par la Rédaction

Affaire du 1er-Mai :
la CNT réclame une enquête


Pascal Laborne, syndicaliste à la CNT (Confédération nationale du travail), comparaîtra lundi devant le tribunal correctionnel de Nîmes. Pascal est un «militant pacifiste» relatent ses collègues. Un militant pacifiste, qui est pourtant mis en cause pour des violences sur une policière, lors du dernier défilé du 1er-Mai à Nîmes. Des faits qu'il a toujours contestés.

«Pascal n'a jamais touché cette policière, assure Emmanuel Lebeaux. Nous avons des témoignages qui vont dans ce sens. En revanche, Pascal a pris un coup de poing policier en pleine figure. Il avait le nez en sang, est parti se faire soigner à la Croix-Rouge. Il était à peine rétabli lorsque les policiers l'ont alors interpellé.» Pour les coups reçus, Pascal Laborne a porté plainte. Il y a une semaine, il a appris que cette plainte avait été classée par le procureur de la République. «Je pensais, au moins, que le procureur allait attendre le procès de lundi pour prendre une décision», commente Pascal.

Hier, soutenus par ses camarades, le militant de la CNT était présent devant la préfecture. Ses amis ont remis à une représentante de l'État une pétition réunissant plus de 1900 signatures et réclamant une «enquête administrative sur les agissements de la police ce 1er mai 2009». La pétition initiée par une quinzaine d'associations, syndicats et partis politiques de gauche a notamment été paraphée par Annick Coupé (Solidaires), Olivier Besancenot et Alain Krivine...

Pour tous ces sympathisants, l'interpellation de Pascal est loin d'être anodine. «Les mêmes faits se sont déroulés à Grenoble, Paris..., reprend Emmanuel Lebeaux. C'est vrai qu'il y a eu des échauffourées ce 1er mai à Nîmes. Mais nous pensons que les policiers ont reçu des ordres et ont volontairement créé les conditions leur permettant l'arrestation de militants. Il y a eu des provocations comme à Grenoble ou à Paris...» D'ores et déjà, pour le procès de Pascal, un rassemblement de solidarité est prévu lundi sur les marches du palais de justice. Le rendez-vous est fixé à 13h30.

Cathy Rocher - Midi Libre, 18 septembre 2009.

Commenter cet article