L'anarchie de A à Z : "W" comme Wobblies

Publié le par la Rédaction


Depuis quelques mois, un «nouveau» syndicat révolutionnaire fait parler de lui au Québec : le Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses (SITT). Il s'agit de la section locale des Industrial Workers of the World (IWW) aussi connu sous le nom de wobblies. C'est le mouvement qui soutient la syndicalisation des cafés Starbucks dont nous parlons ailleurs dans ces pages. Les wobblies sont apparus aux États-Unis, au tournant du siècle dernier (à Chicago, en 1905, pour être plus précis). Il s'agit d'un mouvement syndical qui s'est développé en réaction au conservatisme et à la corruption du syndicalisme d'affaire américain. La grande innovation des wobblies était de pratiquer un syndicalisme industriel fondé sur l'action directe, généralement non-violente, dans une perspective de classe. Les IWW furent la première centrale syndicale américaine à organiser les salarié-e-s non-qualifié-e-s de la grande industrie et à refuser la ségrégation raciale. Les wobblies avaient comme objectif ultime d'organiser toute la classe ouvrière dans un grand syndicat pour renverser le capitalisme par la grève générale.

À leur apogée, les wobblies étaient de toutes les luttes de la classe ouvrière américaine et ont pris la tête de plus de 150 grèves héroïques. Refusant l'institutionalisation et les conventions collectives, considérées comme des «trêves» dans la guerre de classe, les IWW ont pu syndiquer jusqu'à un million de prolétaires au cours de leurs vingt premières années d'existence, sans jamais avoir plus de 100.000 membres à la fois. Une répression inouïe, et dans une moindre mesure des dissensions stratégiques internes, ont provoqué une chute dramatique du mouvement dans les années 1920 et son éclipse progressive comme mouvement de masse jusque dans les années 1950.

Aujourd'hui, les IWW sont surtout concentrés en Amérique du nord et regroupent environ 2000 membres. L'organisation ne compte qu'une poignée d'accréditations syndicales reconnues mais continue d'attirer plusieurs libertaires intéressé-e-s au syndicalisme et à la solidarité ouvrière. Depuis quelques années, malgré l'absence de stratégies communes, les wobblies jouissent d'un certain regain de vie et sont à l'initiative de plusieurs campagnes intéressantes. Il s'agit sans conteste du principal réseau libertaire «lutte de classiste».

L'implantation contemporaine des wobblies au Québec est récente [
L'IWW a été présente au Québec à différents moments (1905-1914, 1968-1970, 1999-2000). Voir notamment le livre Sur les traces de l'anarchisme au Québec (1860-1960).]. Pour l'instant, les syndicalistes révolutionnaires semblent se situer dans la continuité de l'action du Réseau de solidarité avec les travailleurs et les travailleuses (RSTT). L'objectif est encore et toujours de relancer le syndicalisme de combat en articulant l'action directe ici et maintenant (campagne «Réclame ta paie»), solidarité et information avec les luttes syndicales en cours et syndicalisation éventuelle de groupes de travailleurs et de travailleuses précaires.

Les avis sont partagés sur les chances de succès de cette stratégie syndicaliste révolutionnaire. Pour l'instant, la ligne est mince entre la pratique d'un groupe comme les wobblies et celle d'une organisation politique solidaire des luttes sociales comme l'UCL. Seul l'avenir nous dira si les wobblies sauront impulser des luttes syndicales autonomes au Québec. Si c'était le cas, il serait alors du devoir des communistes libertaires de les appuyer.

Cause commune no 25, automne 2009
Journal de l'Union communiste libertaire (UCL).

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article