Halte au terrorisme financier !

Publié le par la Rédaction




La Boillat - Swissmetal à Reconvilier (Jura bernois), le 11 septembre 2009



Manifestation nationale du 19 septembre 2009
13h30, Schützenmatte, Berne


Nous ne paierons pas votre crise !
Du travail et des rentes garanties !

La crise économique est la conséquence directe de la recherche effrénée du profit. Les idéologues néolibéraux ont prêché une foi aveugle dans le marché, les politiciens ont aboli tous les garde-fous, les salaires des managers et les dividendes des actionnaires ont atteint des hauteurs vertigineuses.

On voit maintenant le résultat : les marchés financiers que la politique de libéralisation a délibérément soustraits à tout contrôle, ont précipité l’économie mondiale dans la crise. Les profits éhontés réalisés par les managers de la finance ont leur prix : des milliards de richesse créée par les travailleurs/euses au prix de durs efforts sont partis en fumée.

Il est scandaleux que les travailleurs/euses, qui n’ont pas eu droit à leur part de cette richesse, doivent encore payer les pots cassés de la crise.

Voilà pourquoi nous descendons dans la rue.

Nous voulons des rentes sûres. Nous refusons l’augmentation de l’âge de l’AVS des femmes.

La majorité du Parlement souhaite réduire les rentes AVS et des caisses de pension, ainsi qu’augmenter l
âge de la retraite des femmes. Alors que les caisses fédérales et la Banque nationale ont débloqué du jour au lendemain 68 milliards suite aux spéculations hasardeuses de lUBS, les caisses de pension sont invitées par le Conseil fédéral à ponctionner nos salaires et nos rentes pour compenser leurs pertes en bourse. En outre, le Conseil fédéral sapprête à réduire les prestations de lassurance-chômage, au moment où des dizaines de milliers de personnes perdent leur emploi.

Nous refusons que les travailleurs/euses, les personnes retraitées, les femmes et les chômeurs/euses paient cette crise.

Garantir les emplois ! — Enfin un programme conjoncturel pour la reconversion écologique.

Le Conseil fédéral doit enfin adopter un programme conjoncturel digne de ce nom. L
heure est aux investissements publics dans la reconversion écologique de léconomie et dans les infrastructures sociales, comme les crèches et les garderies. En outre, nous demandons des mesures efficaces contre le chômage des jeunes, ainsi que le chômage partiel à la place des licenciements.

L
inactivité du Conseil fédéral nuit à notre économie — il est temps de consacrer de largent pour garantir des emplois.

Garantir le pouvoir d
achat, relever les salaires — compenser la hausse des primes maladie.

La demande des consommateurs du pays constitue le dernier soutien de la conjoncture.

L
explosion annoncée des primes des caisses-maladie risque aujourdhui de laffaiblir.

Ce n
est quen soutenant le pouvoir dachat, en subventionnant davantage des réductions de primes et en augmentant les salaires, que nous pourrons empêcher que la crise nempire encore.

S
en prendre aujourdhui au pouvoir dachat aggraverait la crise de façon irresponsable.

Nous voulons mettre fin à cette économie de casino et re-réglementer les marchés financiers. Nous prônons une politique économique axée sur les besoins sociaux et écologiques de la population et non sur le seul profit. Voilà pourquoi nous devons tous et toutes descendre dans la rue !


Indymedia Suisse romande, 7 septembre.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

yasasin 13/09/2009 23:56

c bien, ms maintenant q vous en parlez, on se rend compte a quel point vous causez jamais du jura ! un ptit effort svp !et up up la resistance ouvriere !