Petite chirurgie et chaise musicale

Publié le par la Rédaction


Le 8 juillet au matin le squat de la Clinique à Montreuil est expulsé par 200 flics, RAID en tête. Les flics d’élite braquent à larme à feu, les petits lasers daide à la visée se baladent le long des torses des occupants. À ce moment, on ne tire pas, on se contente de poser lambiance. Puis le soir un autre service de police réalise lavertissement. Contre une manif séloignant de la police, sans sommation, une dizaine de tirs de flash-ball, cinq manifestants touchés, tous au dessus du sternum, un œil crevé. Et aussi trois arrestations, deux procès de prévu (un pour jet de projectile, un autre pour dégradation dun distributeur de biftons).

Le 13 juillet une manifestation de 500 personnes (selon les goûts contre les violences policières ou plus simplement contre la police) avec banderoles renforcées en tête et queue de cortège et manifestants casqués a lieu. La police charge, retire au flash-ball, arrête onze personnes (dont un journaliste du Monde qui pondra un article on ne peut plus embeded) et les relâche vite sans poursuite. Parallèlement quatre blessés du 8 juillet au flash-ball portent plainte à l
IGS, dautres témoignent. Les conclusions de lIGS affirmeraient que le policier éborgneur nétait pas en état de légitime défense. Le parquet de Bobigny ouvre une information judiciaire.

Dans un article du Monde du 30 juillet «les policiers [disent] se sentir “en parfaite insécurité juridique”». On est bien d
accord, la justice est pénible. Nous aussi elle nous agace, sous antiterrorisme ou pas, on cumule procès et emprisonnements. Non mais, où est la démocratie de notre État citoyen ? On ne peut plus subvertir en paix ! ON nous enferme, ON nous condamne ! Et maintenant, comble du comble, les policiers ne pourraient plus terroriser en paix !

«Le fonctionnaire en question n
est pas une brutasse» affirme depuis la clandestinité un «responsable» policier anonyme. On confirme. Cest plutôt un bon gars, calme et déterminé, qui obéit aux ordres et vise bien. Mieux que ses collègues qui ont dû un peu trop sécher le stand de tir : ils ont touché quatre autres manifestants très loin — de 5 à 20 centimètres — de l’œil. Mais ne chipotons pas, 20 centimètres sur un opposant qui senfuit en courant, cest tout de même un joli coup.

Le Parisien du 18 août nous informe que le chef des flics du 93, suite à sa «mauvaise gestion» de la manif du 13 juillet (et l
éborgnement ??), a été muté à lIGPN (police des polices de la Province). La maire de Montreuil avait rapporté une petite phrase délicate de sa part : «Si vous n’êtes pas contents, il faut être conscient du fait qu’en Iran, on tire sur des gens.» On est content dimaginer comment ce type doit désormais juger les actes brutaux de ses collègues (à commencer par son propre passif dans cette histoire).

Ça nous rappelle la ministre de l
Intérieur mutée ministre de la Justice. Quand laffaire de Tarnac prenait un tournant par trop spectaculairement ridicule, sa créatrice se défilait par un «ça concerne la Justice, elle qualifie les faits en toute indépendance», alors que celle de la Justice du moment affirmait le respect de la présomption dinnocence. Ceux qui auparavant nous réprimaient par la force exercée sur les corps (emprisonnement sous anti-terro, mutilation au flash-ball…) tentent maintenant un second round, nous font frire comme des petits oignons à la poêle des tribunaux et des contrôles judiciaires. Gageons que dans ce jeu de chaise musicale sinistre, ceux qui ont pris leurs places soccupent toujours avec autant de zèle de la première face de cette même mauvaise pièce.

Ces gens sont grotesques, dommage que le ridicule ne tue pas.

Indymedia Nantes, 20 août 2009.

Commenter cet article