Devoirs de vacances (2)

Publié le par la Rédaction


L’athéisme travaille cet été : dans la foulée du geste souillant la mémoire du général Lamoricière dans la cathédrale de Nantes, le mausolée vendéen de Vezins vient dêtre pris pour cible une fois de plus.
À suivre !


Vezins (49) : la chapelle de nos martyrs
une nouvelle fois profanée


Ce sont plus d
un millier de vieillards, de femmes et denfants que Stofflet avait mis à labri des colonnes infernales en 1794 dans son hôpital en forêt de Vezins, à lest de Cholet. Sans doute sur trahison, les Bleus ont investi ces lieux en labsence de ce chef lorrain de linsurrection des catholiques et ont exterminé tous ces malheureux.

Plus de 200 ans après, la même haine brûle encore et la chapelle des martyrs érigée dans cette forêt en 1863 ne cesse dêtre vandalisée et profanée. Non seulement, lossuaire a été violé il y a quelques années, mais chaque restauration de la chapelle est suivie de destructions. Déjà, on pouvait lire lété dernier :

À Yzernay, le cimetière des Martyrs à nouveau vandalisé
LURBVM sinquiète de voir les lieux de cultes catholiques et de la mémoire saccagés, détruits, incendiés. Personne parmi les responsables de notre «belle» république ne sindigne. Il faut dire quils ne réagissent que pour dautres lieux de culte et de mémoire mis à sac !
Situés au cœur de la forêt de Nuaillé-Chanteloup, près de létang de Péronne, la chapelle et loratoire du cimetière des Martyrs ont été une nouvelle fois vandalisés entre le 8 et le 10 juillet. Plusieurs vitraux ont été cassés dont le vitrail de loratoire du Souvenir vendéen. Ce vitrail rouge et bleu, dont le centre représente le cœur vendéen, avait déjà été brisé en 1988 et en 2002. Des profanations et actes de vandalisme qui avaient profondément marqué les esprits.
La chapelle a également été saccagée. Le côté gauche de la plaque recouvrant le caveau au pied de lhôtel a été cassé. Côté ouest, les vitraux ont été brisés et des barres de fer forgé ont été forcées. Une corniche en pierre a été détruite sur tout un côté. Les propriétaires des lieux, Mme et M. de Fougeroux, ont porté plainte auprès de la gendarmerie. «À cause de ces actes de vandalisme, qui sont inqualifiables, la chapelle nest plus ce quelle était, un véritable lieu de prière et de recueillement empreint dhistoire et de sacré, déplore Mme de Fougeroux. Nous avons dû enlever beaucoup dobjets de culte et du mobilier dont les prie-dieu. La chapelle est vide et il est difficile dans ces conditions de lentretenir comme il le faudrait. Cest bien malheureux.»
La chapelle a été édifiée en 1863 par le comte René de Colbert comme lieu de sépulture de sa famille et pour rendre hommage au souvenir de plus dun millier de victimes massacrées à cet endroit en 1794 pendant les guerres de Vendée.
Loratoire, situé à larrière de la chapelle, tel quon le connaît aujourdhui, a été érigé en 1951 par les moines de Belfontaine.
Publié dans Ouest-France /
Union royaliste Bretagne Vendée militaire, 31 juillet 2008.


Aujourdhui un lecteur nous envoie ces photos prises en juillet dernier : vitraux et statues brisés, marches de lautel arrachées, chapelle vide, mobilier détruit, etc.



Haine de la Foi qui na pas fini de sévir dans notre France, qui nhésite pas à sen prendre aux morts pour que les vivants oublient dans le silence assourdissant des responsables religieux et politiques...


Leur presse (Le Salon beige), 3 août 2009.

 



L’église de la Rabière (à Joué-lès-Tours) cible de vandales


L’église Saint-Joseph, située au cœur du quartier de la Rabière, est la cible d’actes de vandalisme à répétition depuis plusieurs jours. Plusieurs vitres ont été brisées sur la porte d’entrée principale — ainsi qu’une targette de fermeture arrachée — et à un accès sur le côté de l’édifice religieux. Les enquêteurs ont également relevé des traces de sang. La sacristie a été visitée sans qu’aucun vol ait été commis. Pire ? ils ont découvert des flaques d’urine à l’intérieur de l’église. Plainte a été déposée. Les faits auraient eu lieu entre le 12 et le 15 juillet dernier.


Leur presse (maville.com), 16 juillet.

Commenter cet article