Devoirs de vacances (1)

Publié le par la Rédaction

Cathédrale de Nantes :
Le général voit rouge !


Une statue du général de Lamoricière a été recouverte de peinture. Les dégradations remontent à la fin du mois de juin. Le choix de l’œuvre souillée, lui, ne doit rien au hasard.

Le visiteur attentif parcourant le transept nord de la cathédrale écarquille les yeux : «Mais c
’est quoi tout ce rouge ?!» La statue de marbre blanc représentant le général de Lamoricière allongé est sérieusement souillée. Loutrage remonte aux derniers jours de juin. De la peinture rouge, rappelant du sang, a été déversée en quantité au niveau de la bouche et du torse de cette sculpture faisant partie du cénotaphe construit en 1878 en hommage à ce général né à Nantes.


«Il s
’agit d’un acte à caractère politique, précise Alain Tournaire, architecte des bâtiments de France et conservateur de la cathédrale, qui a porté plainte auprès de la police. Les dégradations étaient accompagnées d’un écriteau condamnant les actions menées par Lamoricière.»

«C’est désolant»

Sur cette pancarte accrochée à une des quatre statues ornant le monument, on pouvait lire le message suivant : «Passant, n
oublie pas quau nom de la bourgeoisie de France, jai commandé le tir contre la population algérienne puis contre les ouvriers parisiens (juin 1848). - Général de Lamoricière.» «C’est désolant, réagit un touriste. L’histoire est ce qu’elle est. Il faut l’assumer. Et si on n’est pas d’accord, il y a d’autres moyens de s’exprimer que de saccager des œuvres d’art.»


Le ou les auteur(s) de cette profanation ont agi de jour, pendant les heures d
’ouverture de la cathédrale. «Il y a presque tout le temps un bénévole présent dans l’édifice, mais il ne peut pas tout contrôler», explique Alain Tournaire.

Devis pour le nettoyage

Cet acte de vandalisme est intervenu presqu
en même temps que celui commis au Lieu Unique le 27 juin et revendiquée par un groupuscule baptisé La Meute. Une dizaine de personnes vêtues de noir et armées de bâtons avaient fait irruption dans le bar. Elles avaient alors projeté au sol des capsules de verre renfermant du goudron liquide. Au diocèse, certains ont fait un rapprochement entre les deux événements. La police, elle, écarte a priori tout lien avec La Meute concernant les déprédations de la cathédrale. Aucune piste ne se dégage pour autant. Des devis pour le nettoyage de la statue sont en cours. Ils comprennent aussi le décapage de tags réalisés sur les murs extérieurs de la cathédrale.

Leur presse (Jérôme Jolivet,
Presse-Océan), 21 juillet 2009.

Commenter cet article