Chaque jour, je chie à la même heure

Publié le par la Rédaction

Avec ses airs d’exercice de diction, ce précepte se révèle universel :

— À l
âge de lapprentissage de la «propreté», lenfant doit détecter le moment pour ne plus défèquer dans ses «couches». Cest lheure de lhygiène.

La pratique intensive de la cellulose sur le cul des bébés et des indigents exerce une forte pression sur la forêt amazonienne. Arrêter de chier dans des couches devient un acte citoyen.

— À l
heure de satisfaire ses besoins naturels, le chien prévient son compagnon-humain : cest lheure de la promenade quotidienne : je dois chier, camarade.

— Aux camps, les activistes chient sain : chiottes sèches, sciure de bois,  pas de mélange entre liquides et solide ; pas d
odeurs.

— À la rose, aux lilas et d
autres plantes exotiques ;  patrons, gouvernants, papes, popes et autres icônes, respirent et se torchent, chimique, sur le trône.

Et ta merde, elle sent quoi ?

— Aujourd
hui, je suis migrant ;  hier, jétais migrant ;  jai marché ; je marche. Échoué dans cette ville portuaire, quelle heure est-elle ? On ma donné une douche, on ma donné à manger. Je suis propre sur moi… Je cherche où évacuer le contenu de mes boyaux tordus. Où ?

On accuse les migrants de manquer d
hygiène, avant de les enfermer dans des camps, qui EUX, représentent le manque dhygiène de la totalité des pays de lUnion européenne.

Commenter cet article

Fred MEYER 22/07/2009 00:29

Comment chier dans les bois : Pour une approche environnementale d'un art perdu (Broché)
http://www.blogmichet.com/weblog/2008/02/comment-chier-d.htmlExcellent bouquin !

la Rédaction 22/07/2009 10:54



Constipation Blues