Nuit de cristal à Patras (Grèce)

Publié le par la Rédaction


Transmis par les compagnons anarchistes grecs :

Dans les heures matinales du dimanche 12 juillet, le campement de réfugiés adjacent au port de Patras a été «mystérieusement» incendié durant une opération de police.

Selon des rapports de témoins oculaires, la police avait mis en place un cordon autour de la zone entourant le campement à partir de 5 heures du matin. Quatre citoyens grecs solidaires qui se trouvaient proche du campement ont été immédiatement détenus. Quelques instants après, les flics ont commencé à vérifier l’identité et à arrêter les réfugiés à l
intérieur du camp. Dans le même temps, un feu «mystérieusement» allumé a commencé à partir dune extrémité du campement, alors que la police était encore présente dans le campement.

Le feu a brûlé pendant quelques heures, détruisant une large partie du campement. Les maisons non brûlées ont été démolies peu après. La fumée de ce feu rend les choses très claires : l
’État grec a recours aux pratiques totalitaires, fascistes comme dernier ressort pour couvrir labsence dune quelconque légitimité dont il se prévalait jusque là, et pour essayer désespérément de reprendre le contrôle de la situation. À travers les flammes, nous pouvons voir : la «paix sociale» de l’État cest la guerre ; la tranquilité et la quiété gardée en sécurité par des «personnes ordinaires faisant juste leur travail», cest la guerre.

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article