No Border fini, les autorités raflent les migrants et rasent les Jungles à Calais

Publié le par la Rédaction

No Border fini, la mairie et la police passent à l’action :
Destruction du squat des Soudanais, phase 1


Vers 15h, ce jeudi après-midi, la police a interpellé tous les Soudanais présents dans les trois maisons face au Channel, à Calais. Tous ceux qui avaient des papiers ont été relâchés. 10 d’entre eux ont été emmenés en prison, selon les Soudanais rescapés de la rafle.

La démolition fut immédiate. Certains réfugiés soudanais ont pu prendre leurs affaires. Les autres non.

Le 17 juin, un inconnu nous avait avertis, en tant que participants au camp No Border, de la destruction le lendemain des trois maisons qui appartenaient auparavant à la SNCF. Il nous avait également informés de la rafle qui précèderait la destruction.

La tenue proche du camp No Border et la présence de militants a certainement freiné les ardeurs de la sous-préfecture.

Attention, destruction prévue du camp des Afghans, la célèbre Jungle.

2 juillet 2009.


Bientôt : Évacuation des Jungles et autres habitations

La Direction départementale des affaires sanitaires & sociales (DDASS) du Pas-de-Calais a réuni les différentes associations de réinsertion sociale du département pour leur demander de se préparer à accueillir un grand nombre de personnes migrantes, suite à l’évacuation générale des Jungles et autres habitations squattées de Calais et de la côte.

Le délai annoncé est d’ici la deuxième, voir troisième semaine de juillet. Selon l’interprétation de certains directeurs, ça pourrait être 10 jours maximum (ce qui me paraît cohérent avec la masse de flics dans le coin qui ne repartiront pas les mains vides comme ça…).

Autrement, aujourd’hui un squat de Calais près du port (je ne connais pas précisément sa localisation, je ne l’ai jamais visité) occupé par des personnes africaines a été évacué durant l’après midi. Peut-être le point de départ, ou juste une provocation vis-à-vis du No Border.

26 juin.

Commenter cet article