La voix de ses maîtres contre No Border

Publié le par la Rédaction

De quoi la Voix du Nord est-elle la voix ?

Le camp No Border de Calais a été étouffé avec tant de soin que rien, ou presque rien, n’est paru dans les médias nationaux. Seuls les médias locaux se sont appliqués à en suivre le déroulement.
À leur manière.

C’est ainsi que j
ai dû subir la lecture des nombreux articles fielleux dun certain Laurent Renault, journaliste à La Voix du Nord, quotidien qui, si jétais nordiste, me ferait rêver dêtre aphone.

Mais bien sûr, ma prudence naturelle, et mon respect de la déontologie du blogueur, m
ont conduit à vérifier, compléter et recouper les informations avec les témoignages et les analyses des participants. Il suffisait de consulter les sites dIndymédia-Lille, et du Jura Libertaire régulièrement mis à jour.

Car, au final, la manière de Laurent Renault m
a semblé assez singulière.

Tête de manifestation clownesque

Son compte rendu de la manifestation du samedi 27 juin, est ainsi titré : «Manifestation des No Borders : quelle clownerie que cette grande parade de Calais !»

Il s
ouvre par ce curieux chapeau :
«Match nul, tout le monde a gagné ! À lissue de la manifestation, chacun des deux camps, No Borders et État, a pu faire ses comptes. Un seul incident, pas de blessé, la fête… Un défilé classique qui a réuni un petit millier de personnes à lappel des syndicats Sud et Solidaires.»

Vous pourrez chercher dans la suite un quelconque retour sur ce «seul incident»…

Quant au titre, il semble motivé par ceci :
«10 heures. — Une longue file sort du camp No Border installé depuis le début de semaine rue Normandie-Niemen. Depuis plusieurs jours, la provocation entre ces militants dextrême-gauche et les forces de police ont placé le défilé sous une certaine tension. Le grand jour est arrivé. Synonyme de toutes les peurs. Et ce sont des clowns et des musiciens qui ouvrent le bal masqué. Car dans le cortège, de nombreuses têtes sont cachées. Masque de Zorro pour lun, foulard et bandana pour lautre, des capuches aussi sous cet écrasant soleil.»

N
attendons surtout pas déléments dinformation précis dans la suite de cette caricature darticle qui expédie la fin de la manifestation en quelques mots :
«(…) quelques messages et autres témoignages, les syndicalistes remontent dans les bus. Les No Borders accompagnés jusquau pont Vétillart. Les troupes se dispersent.»

Mais puisque le besogneux Laurent Renault a dû apprendre qu
un journaliste avait, avant de lâcher sa prose, à écouter et retranscrire, il consacre un paragraphe entier au sort dune mamie dans lembarras :
«Otages. — Les personnes présentes à la manifestation ont dû prendre leur mal en patience avant de regagner le centre-ville. “Je suis avec ma petite fille, on nest pas des terroristes quand même !” insiste cette Calaisienne garée deux rues derrière. Elle patientera. Comme tout le monde. Pas de différence entre gentils et méchants.»

J
imagine que cette géniale opposition gentils/méchants a dû lui plaire, puisqu’il la reprend, dune manière qui méchappe un peu, dans sa conclusion :
«Victoire. — Dans cette partie, tout le monde a gagné. les syndicalistes ont manifesté les No Borders étaient pacifiques il y avait des méchants parmi les gentils les policiers ont fait en sorte que tout se passe pour le mieux dans chacun de leurs mondes…»

Ce camp a décidément quelque peu dérangé le monde du talentueux Laurent Renault…

(On pourra comparer avec ce récit d’un participant dans le Jura Libertaire.)

Et le lendemain, les méchants anarchistes plient bagages

La prose de ce pathétique personnage à la rancœur si racornie que ça doit quand même le gêner un peu pour sourire, se retrouve le lendemain dans un article-bilan, intitulé : «Comme un dimanche normal, sans CRS ni No Borders», où nous pouvons apprendre que «les Calaisiens ont repris leurs habitudes. Comme les migrants. Tous les autres sont repartis.»

L
article, qui se hisse à un niveau danalyse inouï (on notera aussi lefficace poncif de la compassion), se conclut par :
«Pourquoi les Calaisiens ne se sont-ils pas joints à cette manifestation ? Voilà bientôt quinze ans quils vivent au quotidien avec les migrants, dans lindifférence, dans la compassion, en offrant des dons, du temps. Parfois ça exaspère. des drames remettent les discussions à plat. Le tout dans un contexte économique difficile. Elle est peut-être là leur priorité. De la frontière anglaise à Calais, pour sûr on en reparlera comme on en parle depuis quinze ans. Alors en attendant, les Calaisiens sont allés à la plage oublier un peu tout ça.»

Mais il y a des Calaisiens qui pourraient juger que Laurent Renault les calomnie…

Je suis sûr qu
il y en a qui semmerdent autant que moi à la plage.

PS : Comme pour certains articles de presse, mon titre est purement bruitiste.

Et rhétorique : on sait bien que la Voix du Nord est la voix de ses maîtres.

On pourra consulter avec profit le numéro 12 de La Brique, ainsi que ces articles mis en ligne.

Par ailleurs, l
excellent Jura Libertaire a reçu ceci :

«Mise en demeure
Lille, le 24 juin 2009
Monsieur le Directeur de la Publication,
Nous avons constaté que sont reproduits et diffusés des articles parus dans LA VOIX DU NORD sur le site juralibertaire.over-blog.com que vous éditez notamment à l’adresse suivante : http://juralibertaire.over-blog.com/article-32844337.html
Cependant, à aucun moment vous n’avez sollicité ni obtenu notre accord pour la reprise de ces articles.
Je vous rappelle que ces diffusions non autorisées sont constitutives du délit de contrefaçon, sanctionné par l’article L.335-3 du Code de la propriété intellectuelle.
Dans ces conditions, nous vous mettons en demeure de retirer de ce site l’ensemble des articles de la Voix du Nord dans un délai de quarante-huit (48) heures à compter de la réception de la présente.
À défaut, nous nous réservons la faculté d’engager toute procédure judiciaire, notamment en référé, afin de faire valoir nos droits.
Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur de la Publication, l’expression de mes sincères salutations.»

L’escalier qui bibliothèque, 29 juin 2009.


Les débordements de l’information à Calais

Il suffit de visiter quelques maisons de retraite encore accessibles aux vieux prolétaires pour constater de visu la justesse de cet ancien dicton : «Le travail, cest la santé !»
Monsieur Hortefeux, bien fatigué après son passage au ministère de lIdentité Nationale, a été mis au Travail lors du pénultième remaniement, et, en se gardant bien dy faire des étincelles nous revient en pleine santé et très grande forme pour soccuper de lIntérieur. Le passage de bâton entre lui et madame Alliot-Marie devrait se faire sans accrochage : la pile des dossiers en cours est bien tenue à jour.

Parmi eux, celui du camp No Border qui se tient à Calais depuis hier, et qui est annoncé comme devant être un grand chantier sécuritaire à haut risque, suite aux efforts plus ou moins conjugués de monsieur Pierre de Bousquet, préfet du Pas-de-Calais, de madame Natacha Bouchart, maire de Calais, de la presse locale et de bons citoyens calaisiens. Cela ne veut pas dire que l
un, lune et les autres parlent dune même voix, mais on assiste à une curieuse et très efficace convergence dans la pétition de principe, le jugement par anticipation ou la propagation de rumeurs de sale gueule.

Graffiti de 2007

On prête à monsieur le préfet cette déclaration :
«Nous savons que se dissimulent, à chaque camp “No Border”, de façon plus ou moins évidente et concertée avec les organisateurs, des personnes qui sont ultraviolentes. Nous ne les laisserons pas faire.»

Fort de ce savoir, monsieur le préfet a déployé un dispositif qui a grandement impressionné Vincent Depecker, journaliste à Nord Littoral, qui estime, dans son article du 18 juin, à 1500 le nombre de policiers qui seront présents.

On peut glaner, un peu en vrac, dans son papier :
«“On ne peut rien dire, confirme un gendarme. Tout ce que je peux vous dire cest quen 30 ans de carrière, je nai jamais vu ça.”»
«Au tribunal de Boulogne-sur-Mer, un parquetier prendra une permanence uniquement pour répondre — si besoin — aux casseurs.»
«Une vingtaine de chevaux sont également arrivés sur le Calaisis. Ces brigades montées sont spécialisées dans les interventions en pleines émeutes.»
«Toutes les brigades de gendarmerie sont mobilisées avec des renforts de réservistes au cas où.»
«Au centre hospitalier de Calais, on se tient prêt. “Il y a un niveau de vigilance de façon à anticiper un éventuel afflux de patients.”»
«Chez les sapeurs-pompiers, les gardes de la semaine prochaine ont été renforcées. À Marck et Calais, les pompiers dordinaire à quinze passeront à dix-neuf.»

Par ailleurs, et en outre, monsieur le préfet a pris des mesures drastiques, pas de vente d
alcool au détail, ni dessence, ni de gaz, et a joué les humoristes en interdisant tout port dengin pyrotechnique.

Notre témoin de Nord Littoral, Vincent Depecker, s’inquiète à juste titre pour le commerce calaisien…

Madame Natacha Bouchart, maire de la ville, et, à ce titre, fort soucieuse du bien-être de ses concitoyens et électeurs, s
en inquiète également.

Dans l
affaire, elle a bien pris soin de rester à lécart des prises de décision, en refusant de rencontrer les organisateurs du camp. On peut lire dans Nord Éclair (article du 18 juin) :
«La mairie UMP de Calais, dentrée de jeu, a refusé tout contact avec les No Border. “Il est hors de question que je les rencontre”, a affirmé Natacha Bouchart, le maire, “et puis à qui on parle ? Qui est qui ? On ne sait pas les identifier”.»

Il est vrai que si l
on sadresse à madame Bouchart, on sait assez rapidement à qui on parle… (Sur ce point, je ne peux que vous conseiller de lire le billet qu’Olivier Bonnet lui a dédié.)

Elle se trouve ainsi tout à fait libre de faire de la surenchère tout en critiquant le choix fait par le préfet du terrain réquisitionné pour y autoriser le camp.
«Comment peut-on croire quon va contrôler la situation alors que cest au Beau-Marais, sur un terrain mitoyen au foyer Tom Souville où je rappelle résident des personnes handicapées. Et puis, cest à proximité immédiate des habitations. Le choix de ce terrain a donc été réalisé dune façon qui minterpelle.»

Les propos de cette dame interpellée sont rapportés dans un article de l
indispensable Nord Littoral, daté du 20 juin et signé T.S.-M. Le lendemain le/la même T.S.-M. nous offre un article décrivant linstallation du camp, où lon peut trouver :
«Jean-Luc Colin, directeur du foyer Tom Souville qui accueille une cinquantaine de personnes handicapées, sest également rendu sur place pour prendre la température. Il a ainsi appris que les abords du foyer allaient être réservés au camping, afin dy faire le moins de bruit possible et donc de ne pas déranger les résidents avec lanimation qui régnera tout au long de la journée dans les autres parties du camp.»

Par le ton général, cet article tranche singulièrement avec celui que Laurent Renault, dans la Voix du Nord du 19 juin, a intitulé «Le camp “No Border”, une zone de non-droit».

Rien que cela.

Notre vocaliste nordiste, qui doit être très fier de sa carte de presse, n
arrive manifestement pas à avaler la volonté des organisateurs du camp de canaliser quelque peu la curiosité médiatique. Passons sur son chapeau, et citons son premier paragraphe :
«Le camp No Border, fait de militants dextrême-gauche et danarchistes, se fixera le 23 juin au Beau-Marais, dans le bois situé le long de lavenue Normandie-Niemen. Et ces militants qui dénoncent les frontières, sont pour la libre circulation dans tous les pays… senferment, se replient, sisolent et déterminent une zone de non-droit. “La police ? Non, elle ne sera pas la bienvenue dans le camp”, assure le chargé de presse des No Border qui affirme que tout sera mis en œuvre pour éviter les affrontements. “Pour participer aux ateliers proposés durant cette semaine, il faudra se présenter à laccueil. Les journalistes ? Non, ils ne se promèneront pas seuls dans le camp, pas de photos non plus sauf si autorisation spéciale…” Il faudra sen tenir aux communiqués. Soit.»

C’est rageant, non ?

Vexé comme un pou qui vient, d
un saut, de rater sa pucelle, ce pauvre râleur de Laurent Renault a pu se rendre hier au camp. Cétait portes ouvertes. Il en a profité pour retranscrire les propos dun certain Michel :
«Michel sest rendu hier après-midi dans le camp No border. “Je suis juste un Calaisien venu minformer. Jai lu la presse comme tout le monde, jai entendu les prises de position… Je viens à la source.” Il écoute et suit les journalistes qui, hier à 14h30, ont eu droit à une visite guidée. Et de sadresser à la chargée de communication : “Vous avez de grandes idées, vous parlez des politiques, des migrants… Et les Calaisiens dans tout ça ? Vous nen parlez pas ! Vous ne leur avez pas demandé leur avis, ce quils pensaient de tout ça ! Rien. Que les gens se soient battus ou non entre temps, que les forces de police se soient déplacées pour rien… Lundi, vous repartirez chez vous et rien naura changé. Les Calaisiens doivent encore subir.” Les réponses apportées ne lui font ni chaud ni froid.»

On sent très bien que la contemplation des grandes idées, ça n
a jamais donné le vertige à Michel.

Et puis, le Calaisien a depuis longtemps la hantise d’être pris en otage

J
espère bien que La Voix du Nord reviendra demain sur l’opération menée ce matin au centre de rétention administrative de Lesquin, ainsi annoncée :
«Depuis ce matin à 5h15, une trentaine de personnes bloquent le camp pour étranger-e-s de Lesquin. La grille daccès du camp est bloquée à laide de lock-ons, cest-à-dire des tubes en métal dans lesquels ces personnes ont introduit leurs bras.
Dans le cadre du camp noborder de cette semaine qui réclame la liberté de circulation pour tout-e-s, des individu-e-s ont voulu passer à une action de désobéissance en empêchant l’expulsion des migrant-e-s prévues cette journée du 24 juin.
Nous voulons montrer notre détermination contre les politiques française et européenne de déportation des sans-papiers. Par là nous démontrons que quelle que soit la répression étatique et le nombre de forces de l’ordre mobilisées, il est possible de sopposer effectivement aux politiques répressives en matière dimmigration, il est possible de mettre des grains de sable dans la machine à expulser.»

[
Ce communiqué peut se retrouver en intégralité sur la page de Lutte en Nord. On y trouve aussi Nomade, journal quotidien et éphémère du camp No Border de Calais.]

Pour compléter l’information :
«Une trentaine de militants altermondialistes français, belges, allemands, italiens et espagnols ont été interpellés et placés en garde à vue mercredi à Lille après sêtre enchaînés aux grilles dun centre de rétention administrative, a indiqué la préfecture du Nord.»

Publié dans Presse

Commenter cet article