Pour dire non à ce monde capitaliste ! La solidarité et l'entraide doivent s'imposer à Calais avec les migrant-e-s !

Publié le par la Rédaction

Les camps No Border : un outil efficace pour dénoncer les aberrations du système de domination Nord-Sud

No Border («Sans Frontières») lutte pour la liberté de circulation entre les différents pays et plus particulièrement contre les politiques de contrôle de l
immigration au sein de lEspace Schengen. Pour les capitaux, les marchandises et les gros portefeuilles pas de problème, pas de flicage démesuré. Pour les migrant-es si. Cest que lÉtat français et les barons de léconomie taisent les véritables raisons de ces afflux massifs de personnes désœuvrées. Sarkozy, en capitaliste averti mais hypocrite, se donne comme excuse les passeurs qui profitent sur le dos de la misère. Encore une fois «Petit Homme» essaye dendosser le costume de Zorro. Il feint de dénoncer lexploitation libérale des pays du Sud par les pays du Nord dont lEurope. Le passeur mafieux ne pèse pas lourd face à ces arguments :

D
abord, grâce à une valeur monétaire euros-dollars dominante face à celle des pays du Sud, les capitalistes du Nord dominent toujours depuis des décennies. Ceux qui migrent faute de rémunération digne de ce nom ou par cessation dactivité non désirée (chômage), ont vite fait le calcul en venant jusquici. On est à même de les comprendre.

Ensuite, par la destruction des cultures vivrières en Afrique en faveur des cultures de rente et d
exportation, ce qui est une autre aberration. Ce sont des politiques imposées par lEurope et les États-Unis pour profiter au mieux des prix du café, du cacao, etc., et en retour leur vendre leur blé. Résultat, des paysan-es sans terres sont contraint-es démigrer pour survivre.

Il y a aussi les guerres impérialistes. Il faut rappeler que la France est impliquée en Afghanistan. Pourquoi ? À cause d
entreprises qui voudraient exploiter le gaz et autres richesses minières dans une démocratie où cest elles qui dirigeraient en fait. Résultat, des gens qui nont rien demandé se trouvent obligés de fuir ces massacres aveugles et terroristes (bombardements). Passons évidemment sur lIrak ou les guerres civiles en Afrique, financées et armées par qui à on sait…

Enfin, autres grands problèmes, la désertification, les pénuries d
eau, le changement climatique en somme. Ce sont encore ceux du Sud qui trinquent. Encore une fois on leur impose un mode de vie totalement en inadéquation avec les ressources et surtout le bon sens. Plus dressources, pas dtravail. Pas dtravail, pas dnourriture. Pas dnourriture, famine. Solution : lémigration avec toutes ses incertitudes et ses dangers. Noublions pas que le réchauffement climatique incombe aux pays les plus industrialisés, mais ce sont toujours les pays du Sud qui en souffrent le plus…

No Border dénonce aussi les politiques sécuritaires de la forteresse Europe

No Border a aussi pour but de dénoncer le tout répressif de l
État français vis-à-vis des migrant-es en situation difficile et précaire. Son bras armé cest évidemment la police et ses maudites prisons quil a bon ton dappeler «centres de rétention administrative». Il faut rappeler que le Sarkozy, avec sa loi, a rallongé le temps maximal de rétention de douze à trente-deux jours ! Toujours dans ce cas de figure, on ne compte plus les cas dhumiliations, de brimades et de rafles arbitraires envers ces personnes victimes du système capitaliste. Et que dire de la lutte incessante des sans-papiers pour la reconnaissance de leurs droits !? LÉtat tient un double discours. Dun côté il expulse des personnes qui veulent aller en Angleterre et qui ne seront donc pas exploitables par le patronat français, et de lautre il sarrange pour fermer les yeux sur les travailleurs immigré-es qui, faute de statut légal, sont obligés daccepter nimporte quels salaires, horaires et conditions de travail ! Qui travaille en plonge, sur les chantiers ou dans les ateliers ? Des esclaves modernes si lon peut sexprimer ainsi. Voilà la réalité, et cest à vomir. Encore plus quand ceux qui dénoncentces injustices sont pris pour cible. Eh ouais, cest 30.000 EUR damende pour qui aide les sans-papiers (article L622-1 du CEDESA : «pour celui qui aura tenté de faciliter lentrée, la circulation ou le séjour irréguliers dun étranger sur le territoire»). De qui smoque t-on ? Justement, en ne faisant rien pour des personnes livrées à elles-mêmes et ne dénonçant pas les violences policières, on réveille un passé nauséabond de lhistoire française !

No Border n’est en aucun cas un instrument de violence

Attention, une incompréhension s
installe chez les citoyens, notamment ceux de Calais. Daccord, ils nont pas choisi daccueillir ce camp dans leur ville. Cest pourquoi, face à ce projet, la police, les autorités et les médias sempressent de mener une campagne de désinformation visant à discréditer ce projet solidaire en lui donnant une allure de rassemblement de «casseurs». Ces manœuvres pour jeter le trouble et le discrédit sur un mouvement plus que louable est totalement abject. Lagression commence par cet énorme dispositif policier avec escadrons de CRS, flics en civil, etc. Ces personnes, comme à laccoutumée, sont promptes à obéir aveuglément. Leur but est évidemment dempêcher la tenue du camp et on sen doute, casser du militant. Les habitant-es nont rien à craindre des participant-es du camp No Border. La lutte pour la défense des droits de lHomme et la dignité humaine est pacifiste. Dans ce camp se tiendra des ateliers-discussions, des soirées dinformation sur des sujets tels que «Migrations et changements climatiques», «Frontex : lagence européenne de contrôle aux frontières», ou encore «Le droit dasile». Des projections de films sur les pays dorigine des migrant-es de Calais donneront loccasion de mieux discuter avec les personnes concernées des raisons de leur exil. En somme les condés pourront gagner à se cultiver !

Les anarcho-syndicalistes et les syndicalistes révolutionnaires de la CNT se portent solidaires et se fédèrent à cette initiative citoyenne. Initiative qui rejoint nos modes de pensées et d'actions :
— Autogestion,
— Dénonciation du capitalisme et de lintimidation-répression dÉtat,
— Solidarité internationale des travailleur-euses,
— Lutte contre le développement de lunivers carcéral décliné sous toutes ses formes,
— Libre circulation et installation des personnes,
— Arrêt des interpellations, oppressions et répressions policières contre les immigré-es et militant-es.



Rappel :
Manifestation transnationale le samedi 27 juin 2009 à 10h
au Phare de Calais, boulevard des Alliés.


Commenter cet article