De l'extravagance à l'extase

Publié le par la Rédaction


Dans Tout le monde veut Debord à son bord, Céline, peut-être en proie à quelque innocente danse de saint-Guy, donne le champ libre à son inconscient : une «extravagante récupération étatique» devient une «extravagante récupération extatique».

Emportée par sa griserie, elle s’emballe et veut croire que nous lui avions promis de faire un peu de chahut au cours de ce dîner en ville. Nous avions plus sobrement exprimé le souhait que quelques «invités de Guy Debord» viennent troubler ces riches heures de la récupération.

D’autre part, contrairement à ce qu’affirme Céline («Le très radical site du Jura Libertaire s’insurge et dénonce»), nous en profitons pour préciser que nous sommes les seuls auteurs de la notule À propos d’une extravagante récupération étatique, bien que nous appréciions la façon dont le Jura Libertaire l’a reproduite, en l’accompagnant en particulier d’une opportune «Tranche de Lautréamont». Nous ne participons pas davantage à ce site, pleinement indépendant du nôtre.

Jules Bonnot de la Bande, 18 juin 2009.

Publié dans Debordiana

Commenter cet article