Luttes dans les centres de rétention en Europe

Publié le par la Rédaction

Centre de rétention d’Alphen aan den Rijn, Pays-Bas

Le vendredi 19 juin une manifestation avait lieu devant ce cette prison pour étrangers, en
solidarité avec les retenus et dans le cadre d’une journée de mobilisation contre la construction d’un nouveau centre de rétention à Rotterdam. Les retenus enfermés dans le centre ont également manifesté à l’intérieur, de concert avec ceux qui étaient dehors. Plusieurs d’entre eux ont refusé de réintégrer les cellules et beaucoup restaient aux fenêtres pour être en contact visuel avec les manifestants. Les gardes sont alors intervenus violemment, arrachant les gens des fenêtres et plaçant plusieurs retenus à l’isolement. Des contacts téléphoniques avec les manifestants ont permis aux prisonniers de faire connaître leur situation et leurs doléances à l’extérieur. Depuis une semaine, une lettre regroupant ces doléances et décrivant la prison avait été écrite collectivement par les retenus qui avaient tenté sans succès de la  transmettre à l’extérieur.


Centre de rétention de Brook House, Grande-Bretagne

Ce centre de rétention qui se trouve sur l’aéroport de Gatwick a été ouvert il y a peu. Dans la nuit du vendredi 12 juin, les retenus se sont révoltés. l’émeute n’a été maitrisée que vers 6 heures du matin par les gardes et la police anti-émeute venue en renfort. Un grand nombre de cellules a été endommagé ainsi que l’aile du bureau de l’administration. Un grand feu fait notamment de matelas a été allumé dans la cour extérieure.


Centre de rétention de Yarl’s Wood, Grande-Bretagne

Le 14 juin une grève de la faim a commencé dans la section spécialisée dans l’enfermement des familles et continuait toujours ce week end. En plus de cette grève, les prisonniers et prisonnières manifestent à l’intérieur du centre et occupent les couloirs. Dans la journée du 17 juin une de ces manifestations a été violemment réprimée par les gardiens de la société Serco qui gère la prison. Hommes, femmes et enfnats ont été gazés à l’intérieur des locaux. Les prisonniers et prisonnières ont fait parvenir une longue liste de doléances à l’extérieur. Parallèlement au mouvement se déroulant dans la section famille, une grève de la faim s’est déclenchée dans la section des femmes. Dehors, un rassemblement de soutien a été organisé devant les locaux de la société Serco qui emploie les matons de Yarl’s Wood.


Centre de rétention de Bari, Italie

Le 15 juin, alors qu’un rassemblement de protestation avait lieu à la fos à l’intérieur et à l’extérieur de la taule, un groupe de retenus algériens a fait une tentative d’évasion collective en escaladant les toits. Malheureusement les militaires ont réussi à les encercler et à les attraper. La nuit suivante, un autre groupe a tenté l’évasion mais n’a pas réussi non plus.


Centre de rétention de Bologne, Italie

Les 110 prisonniers se sont mis en grève de la faim après avoir trouvé des vers dans la nourriture qu’on leur sert. Le samedi 20 janvier un rassemblement de solidarité a eu lieu devant le centre Dehors, un rassemblement de soutien a eu lieu le samedi 20 juin.


Centre de rétention de Vincennes, France

Le vendredi 19 juin, une manifestation a eu lieu. Un très important dispositif policier a maintenu les manifestants très éloignés du centre mais des retenus joints par téléphone ont dit qu’ils avaient pu entendre les slogans de solidarité des 150 participants au rassemblement et qu’à l’intérieur ils avaient aussi manifesté au cri de «<Liberté !» De plus, une vingtaine de personnes arrivées en avance à la manif a pu approcher des grilles de la prison pour entrer en contact sonore avec les prisonniers. Cette manifestation a eu lieu alors qu’il y a un an une révolte a détruit le centre de rétention de Vincennes qui pouvait alors contenir 280 personnes. Depuis, il a été en partie reconstruit et environ 80 personnes y sont enfermées en permanence.


Centre de rétention de saintExupéry - Lyon, France

Une manifestation pour la liberté de circulation et d’installation et pour la fermeture de tous les centres de rétention a eu lieu devant le centre le samedi 20 juin.


Madrid, Espagne

Une manifestation de solidarité avec les enfermés a eu lieu devant le centre d’internement pour étrangers
samedi 20 juin. Liberté de circulation et d’installation partout pour tout le monde !

Liste de discussion du réseau
Éducation sans frontières, 22 juin 2009.


Centre de rétention de saintJacques de la Lande - Rennes, France
Témoignage : le shampoing, nouveau recours anti-expulsion

«Après le shampoing anti-pelliculaire, le shampoing anti-expulsion ! Trois retenus du centre de rétention administratif de Rennes (CRA) ont absorbé en une semaine leur “kit hygiène” pour échapper à une reconduite à la frontière», rapporte Carole Bohanne, militante de réseau Éducation sans frontières 35 (RESF).

«L’initiateur de cette nouvelle parade est un Marocain qui, après 18 ans de présence en France, a préféré ingurgiter un cocktail de produits moussants plutôt que d
être expulsé, poursuit-t-elle. Retrouvé inanimé dans son vomi, il a été transporté aux urgences. Le lendemain, il était présenté et libéré par le tribunal administratif dont laudience était prévue avant son interpellation.

En fin de semaine, c
est un Tunisien qui après avoir été violenté par les gendarmes dès son réveil pour avoir perdu sa carte, a absorbé du shampoing. Déjà très affaibli par une grève de la faim, il est toujours en observation à lhôpital.

Aujourd
hui cest un Algérien, dont le vol était programmé, qui a absorbé shampoing, gel douche, mousse à raser et … pièces de monnaie ! Déserteur de l'armée algérienne, ses craintes dun retour au pays sont légitimes. Informée de son refus de partir, une vingtaine de militants est venue le soutenir ce matin dès 5h30. Les premiers sur place ont entendu ses cris et lont vu traverser la cour porté par les gendarmes jusquà linfirmerie. Son corps porte les traces de cette empoignade musclée ! Après un passage aux urgences, il a été conduit dans un hôpital psychiatrique mais est toujours sous la menace dun arrêté d'expulsion.»

Leur presse (LibéRennes), 22 juin.

Commenter cet article