Les aventures de la dialectique : Shishou (Chine)

Publié le par la Rédaction



Sur Internet, la vidéo stupéfiante de la défaite des policiers chinois

Voici une vidéo qui fera peur aux dirigeants chinois : des centaines de policiers casqués qui reculent devant une foule en colère, s’enfuyant en débandade sous les jets de pierres des protestataires. La scène sest déroulée samedi à Shishou, dans la province centrale du Hubei. La vidéo, sans doute tournée avec un téléphone portable, a été déposée sur YouTube au cours du week-end, et les images ont fait le tour du monde via les réseaux sociaux ou Twitter.

La colère de la population est liée à la découverte, trois jours plus tôt, d
un cadavre devant un hôtel de la ville, celui du chef du restaurant de létablissement. La police a conclu à un suicide, mais la famille a cru voir des traces de blessures à la tête. Très vite, des rumeurs ont commencé à circuler, selon lesquelles la police locale et la municipalité seraient actionnaires de cet hôtel…

La police a proposé 3500 euros au père s
il acceptait la version officielle

Selon le site Global Voices Online, qui suit les blogs et sites chinois, la police aurait proposé le lendemain à la famille une somme de 35.000 yuans (3500 euros) pour qu
elle accepte de signer le rapport officiel. La famille a refusé et le père a organisé une veille du corps de son fils, apportant même une bouteille de gaz et menacer de la faire exploser pour empêcher la police demmener la dépouille.

La photo de la veille du corps par le père a été diffusée sur des sites Internet chinois.


Et lorsque vendredi la police a tenté demmener de force le corps du jeune homme, elle a trouvé 2000 personnes pour len empêcher. Les premiers affrontements ont eu lieu vendredi, se transformant le lendemain en bataille rangée, mobilisant jusquà 40.000 personnes (photos grâce à l’excellent site ESWN).


Le calme nest toujours pas revenu, et plusieurs milliers de personnes étaient de nouveau réunies lundi devant lhôtel où, selon certaines informations, des restes humains de trois cadavres auraient été découverts dans les égouts.

Internet se retrouve une nouvelle fois au cœur de ce genre de tension. Samedi matin, les autorités locales ont coupé les connexions Internet de la ville, dans l
espoir dempêcher la propagation de linformation. Mais cela na pas empêché les images de se répandre, et Twitter (voir le compte @shishou) de jouer, comme en Iran, un rôle-clé de caisse de résonnance à ces événements.

Pierre Haski - Rue89, 22 juin 2009.

Commenter cet article