Manifestation contre "la répression d'État" à Lille et à Lambersart : 25 interpellations

Publié le par la Rédaction


Cent cinquante personnes ont défilé, hier, dans les rues de Lille et de Lambersart. Des pétards ont explosé, des œufs ont volé, sous les yeux étonnés des passants.

«Cocktail Molotov, bazooka, Kalachnikov !» ou «Un flic, une balle, justice sociale !» : la couleur est clairement annoncée, hier en début d’après-midi à Lille. Environ cent cinquante personnes défilent à l
appel du «Bloc contre les violences et contre la répression dÉtat». Elles dénoncent le «racisme des policiers», la «criminalisation des militants antifascistes», «les répressions sociales», les contrôles, fichages ADN, et l«interdiction de porter des cagoules» (lors des manifestations).

Appel à l’anarchie

Avançant à une allure militaire dans les petites rues commerçantes du Vieux Lille, hors des trajets habituels, le cortège fait sensation. À l
avant, une petite centaine de jeunes, habillés de noir et le visage masqué, appellent à lanarchie. Derrière les vitrines ou depuis les terrasses, les passants sont médusés. Des œufs sécrasent sur des enseignes chics, quelques pétards explosent dans les entrées de magasins branchés et des tags fleurissent.


Devant le bâtiment des services de la préfecture, une boutique de surplus militaire reçoit deux impacts : «On ne comprend pas, peste le patron, les policiers qui étaient à côté ne sont pas intervenus.» Mais, pour linstant, les forces de lordre laissent le cortège avancer, craignant quune action dans ces rues très fréquentées ne génère des incidents. Dailleurs, la «manif» se poursuit dans le métro, direction Lambersart. À la sortie, ils ne sont plus quune centaine à rejoindre la maison du Peuple flamand et commencent à sattaquer au portail. Cette fois la police charge avec flashball et gaz lacrymogène. Bilan : vingt-cinq personnes interpellées (dont un jeune homme juste avant le départ, qui transportait des frondes), quelques dégradations et aucun blessé.

Leur presse (La Voix du Nord), 24 mai 2009.





Lille : Vingt-six gardés à vue
après la manif anti-«répression d’État»


Vingt-six personnes auraient été placées en garde à vue, samedi en début de soirée, après la manifestation contre «la répression dÉtat».

Lors de cette manifestation, samedi après-midi, cent cinquante personnes avaient défilé dans les rues de Lille, mais aussi de Lambersart. Pour beaucoup cagoulés, les manifestants avaient lancé des œufs sur des vitrines, des pétards dans des entrées de magasins, et tagué des bâtiments. Certains avaient finalement été interpellés par la police à proximité de la maison du Peuple flamand, à Lambersart.

Parmi les gardés à vue, figurerait au moins un mineur. Ainsi que des étudiants étrangers, notamment belges et italiens.

L
un des interpellés a été relâché, hier. Il est convoqué en juin devant le tribunal correctionnel pour dégradations. Les gardes à vue des autres manifestants interpellés ont été prolongées. Elles pourraient aboutir soit à des comparutions immédiates, soit à des convocations ultérieures.

Leur presse (La Voix du Nord), 25 mai.

Publié dans La police travaille

Commenter cet article

un(e) individu(e) 25/05/2009 23:25

alors le dimanche à 14 heure les gardé-e-s à vue sont sorti-e-s sauf 4, aucune suites pour ceux et celles sorti-e-s ... Dans les 4 resté-e-s , une est sortie aujourd'hui (lundi) à 15h, j'en sais pas plus ...parmis ceux et celles qui restent , une personne est accusée de violence envers agents alors qu'il n'a fait que défendre une jeune fille se faisant matraquer !pour plus d'infos sur les arrestations et les GAV : desoresistance.free.fr