18 mai : Première relaxe pour une anti-Otan

Publié le par la Rédaction


Ce matin comparaissait libre une manifestante anti-Otan qui était accusée par un agent de la BAC de s’être saisie d’un bâton lors de la manifestation du jeudi 2 avril qui avait fini par une partie de chasse dans la forêt du Neuhof. Elle a été relaxée.

De toute évidence, ce que l’agent avait surtout retenu contre la manifestante était qu’elle n’avait pas gardé sa langue dans sa poche, se révoltant contre le ratissage qu’elle avait subi, l’arrestation, sa fouille complète, son fichage etc. L’accusation de l’avoir vue avec un bâton arrivant plus tard dans la procédure ainsi que les innombrables irrégularités et bâclages dont l’ensemble de la procédure fait état montre une fois de plus l’arbitraire des personnes qui sont traînées devant les tribunaux suite aux manifestations contre le sommet de l’Otan. Ce matin une lampiste a échappé au filet. Mais elle n’est pas l’arbre qui cache la forêt : sept personnes sont encore emprisonnées.

La manifestante va demander par courrier au parquet d’ordonner la destruction des éléments de son fichage effectués pendant son interpellation destinés au fichier STIC. Il y a eu au moins 300 arrestations ce jeudi là, dans la forêt du Neuhof. La Legal Team lance un appel à toutes les personnes qui ont subi ce fichage sans qu’aucune poursuite judiciaire n’ait été engagée contre elles d’adresser un courrier au parquet, transmis à la Legal Team qui à l’aide des avocatEs déposeront une demande collective afin qu’ils et elles soient effacéEs de ce fichier.

Commenter cet article