Les cheminots contre les casseurs du service public

Publié le par la Rédaction

Les cheminots dolois
font de l’ombre à la grande vitesse


En grève depuis le 23 avril, ils ont empêché les responsables de la SNCF daccéder à la rencontre sur la grande vitesse prévue hier à Besançon

«On empêchera les casseurs du service public d
entrer.» Cétait la décision prise hier, par les cheminots cégétistes de Dole épaulés de leurs collègues bisontins, devant le Nouveau théâtre à Besançon où se déroulait la deuxième Rencontre de la grande vitesse en Franche-Comté.

Après de très vifs échanges avec Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional et surtout avec Charles Joder, directeur SNCF Bourgogne Franche-Comté, les grévistes ont empêché ce dernier ainsi que Thomas Hennetier, directeur délégué TER en Franche-Comté, de rejoindre la réunion.


Selon les cheminots quelque cent emplois sont menacés dans le Jura du fait de la mise en place de son plan «Destination 2012». La ligne des Hirondelles serait en sursis, les guichets de Morez et Saint-Claude seront fermés les samedi, dimanche et jours fériés. Ajouté à cela, la SNCF na pas demandé de sillon pour 2010 au profit de la ligne Paris-Dole-Berne — deux TGV par jours — que tout le monde saccorde pourtant à dire quelle est rentable. Toujours selon les agents, les horaires de certains trains auraient été volontairement «décalés pour que les gens ne puissent pas les prendre» ; ce qui permettrait dans un deuxième temps de les déprogrammer.

Charles Joder ne l
entend pas de cette oreille. De lavis du directeur régional, les mesures mises en œuvre sont à même dobtenir un meilleur rendement et permettront à la SNCF de rester compétitive. Louverture du transport des voyageurs à la concurrence est annoncée pour 2010. Dans cette perspective, il y a un peu moins dun an, la SNCF avait annoncé quelle entendait augmenter son chiffre daffaires de 50% et doubler son résultat net pour le porter à deux milliards deuros.

Mais, selon les grévistes, on n
est pas dans la bonne voie et certains nhésitent pas à sortir la calculette. «Le déplacement de la charge contrôleurs de Dole à Besançon conduit ces agents à rejoindre leur lieu de prise dactivité en taxi. Rien que pour samedi dernier, cétait six cents euros de frais et en 2008 on a dépensé 48.000 euros en taxi, sans compter les cadres de la DTER qui prennent régulièrement leurs repas dans de grands restaurants bisontins. Mais ils ne sortent pas leurs cartes bleues, cest sur le compte de la SNCF», lance un syndicaliste.

Marie-Guite Dufay se dit scandalisée par la suppression de la ligne Paris-Berne. «J
ai déjà envoyé un courrier en ce sens au président de la SNCF Guillaume Pepy», explique-t-elle. Les cheminots redoutent quaprès la SNCF, RFF (Réseau ferré de France) annonce, à son tour, que laxe ferroviaire nest plus rentable.

Hier, les cheminots ont montré une très grande détermination et, à présent, ils veulent des réponses claires de toutes les parties. «À la table ronde du mardi 19 mai, nous ne viendrons pas pour faire les pots de fleurs quant aux élus, nous saurons comment utiliser nos bulletins de vote», avertit Michel Lenzi (CGT).

Leur presse (Dahmane Soudani, Le Progrès), 15 mai 2009.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article