Villiers-le-Bel : Des visées intentionnelles à l'œil ?

Publié le par la Rédaction


Nantes, le mardi 12 mai 2009,

Le fait que deux jeunes habitants de Villiers-le-Bel aient pu être tous les deux blessés à l’œil simultanément samedi dernier 9 mai, par des policiers, conduit évidemment à s
’interroger sur la possibilité de visées intentionnelles au visage ou même précisément aux yeux.

Cette grave affaire s
ajoute à celle de Toulouse, le 19 mars dernier, où un étudiant manifestant a perdu lusage dun œil, et de Nantes, le 27 novembre 2007, où cétait le cas dun lycéen mineur, également manifestant, dans le cadre dune expérimentation, in vivo en quelque sorte, par la police dune nouvelle arme, le «Lanceur de balles de défense» (LBD 40), un super flash-ball extrêmement précis et dangereux.

On peut estimer ce soir que les enquêtes ouvertes par les procureurs de Nantes et de Toulouse n
aient aucunement dissuadé la police dutiliser de tels armements sans discernement, pas plus que les reproches graves et circonstanciés faits à la police dans laffaire de Nantes par la CNDS (Commission nationale de déontologie de la sécurité) et par Amnesty Internationnal.

Il est urgent que l
ensemble des personnes et mouvements attachés à la démocratie se saisissent de ce problème urgent, le nouvel armement de la police et les graves mutilations quil peut causer sur des innocents, problème encore actuellement placé au second plan dans le débat public.

Les parents de Pierre, lycéen blessé
devant le rectorat de Nantes le 27 novembre 2007.

Commenter cet article