Les fascistes travaillent à Athènes

Publié le par la Rédaction

À Athènes, des affrontements ont eu lieu, opposant un groupe de néo-nazis (épaulés par des flics en tenue anti-émeute !) à des immigré-e-s réfugié-e-s dans un grand squat. Non loin de là, des manifestant-e-s anarchistes se sont affronté-e-s à la police, qui bouclait le quartier.

Les dépêches de presse ne sont pas très claires sur tout ça, et omettent bien sûr de parler de la bonne entente entre néo-nazis et policiers.

Liste de discussion francophone
relative aux squats
, 10 mai 2009.




Affrontements à Athènes
entre militants d’extrême droite et immigrés


De violents affrontements se sont produits samedi soir dans le centre d’Athènes entre dune part un groupe dextrême droite et un groupe dimmigrés retranchés dans un squat et dautre part entre des anarchistes et la police, a constaté un journaliste de lAFP.

Les échauffourées se sont produites à l’occasion d
un rassemblement de quelque 300 membres du groupe néo-nazi Chryssi Avghi (Aube dOr) sur la place centrale dOmonia «pour libérer Athènes et la Grèce des hordes des immigrés clandestins».

La police avait bouclé toute la place pour les empêcher d
entrer en contact avec plusieurs groupes dextrême gauche et des ONG de soutien aux immigrés qui protestaient contre le rassemblement.

Les ultranationalistes tenaient un immense drapeau grec et des banderoles réclamant «le départ des étrangers de Grèce» et affirmant «Étrangers=criminalité».

À l
issue du rassemblement ils se sont dirigés vers lancienne Cour dappel dAthènes, tout proche dOmonia, abandonnée depuis 2000 et squattée depuis quelques semaines par un demi-millier dimmigrés menacés dexpulsion.

Les policiers les ont laissés défiler devant le bâtiment qu
ils ont attaqué avec divers projectiles dont des grenades assourdissantes. Ils criaient «Hors de Grèce», «La Grèce aux Grecs», en faisant le salut nazi. Les immigrés épaulés par des comités de soutien grecs ont répondu en lançant des pierres depuis les étages supérieurs.

Les forces anti-émeutes les ont ensuite dispersés en utilisant des gaz lacrymogènes. Des échauffourées ont suivi entre un groupe d
extrême gauche et les membres de Chryssi Avghi tandis que les policiers tentaient de les séparer.

Auparavant, un groupe de 150 jeunes anarchistes avaient attaqué à coup de cocktails Molotov les forces de l
ordre dans le quartier proche de lécole Polytechnique. Les policiers les ont repoussé à laide de gaz lacrymogènes et les jeunes se sont réfugiés dans lécole. Trois dentre eux ont été interpellés, selon une source policière.


La section grecque de Médecins du Monde et plusieurs ONG de défense des droits de lHomme ont dénoncé vendredi les conditions de vie déplorables des 500 migrants, qui vivent dans le bâtiment abandonné de huit étages, sans eau ni électricité.

Alors que la police s
apprête à expulser les migrants en vue de la location du bâtiment, les ONG ont appelé les autorités à annuler lopération et à «nettoyer les lieux en assurant un logement approprié» des immigrés.

Leur presse (AFP), 9 mai.

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article