Pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

Publié le par la Rédaction

Meeting de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah
le 15 mai à Saint-Denis


Nous accordons une grande importance à cette réunion publique, qui se déroulera au lendemain du rejet de la huitième demande de libération conditionnelle de G. Abdallah, en prison en France depuis 25 ans.
Nous vous remercions de contribuer à faire connaître le plus largement possible cette manifestation, dans vos organisations, dans vos réseaux, sur vos listes de diffusion et vos sites Internet. Vous êtes bien sûr invités à participer à cette initiative : chaque structure soutenant la demande de libération de Georges Ibrahim Abdallah pourra disposer d’une table de presse, les messages de solidarité sont les bienvenus et seront portés à la connaissance du public. En espérant nous retrouver le 15 mai à Saint-Denis,
Solidairement,

Pour la libération de Georges Abdallah
Meeting de solidarité
vendredi 15 mai, à partir de 19h
Bourse du Travail de Saint-Denis
9-11 rue Génin (entrée rue Bobby Sands), métro : L13/Porte de Paris
Le meeting sera animé par le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Voici une première liste d’intervenants : Abdallah Abdallah (UJPA - Union des jeunes progressistes arabes), Jean-Pierre Bastid (écrivain), Alima Boumediene (Les Verts), Youssef Boussoumah (MIR - Mouvement des indigènes de la République), Patrick Braouezec (Communistes unitaires), Vanina Giudicelli (NPA - Nouveau parti anticapitaliste), Alain Gresh (journaliste, écrivain), Gabi Mouesca (OIP - Observatoire international des prisons), Nicolas Shahshahani (CAPJPO - EuroPalestine).



Communiqué

Georges Abdallah, détenu en France depuis 25 ans s’est vu confirmer, ce 5 mai 2009, le rejet de sa demande de libération conditionnelle déposée en octobre 2007.

Arrêté en 1984, Georges Abdallah na jamais renié son engagement révolutionnaire aux côtés de la résistance palestinienne et cest ce qui lui vaut cet acharnement judiciaire.

Bien que libérable depuis 1999, Georges Abdallah ne pourra pas déposer de nouvelle demande de libération avant un an alors que la «justice» a mis plus de deux ans pour statuer sur la demande précédente. La durée de son emprisonnement entrera dans le sinistre livre des records des prisonniers politiques aux côtés de Mumia Abu-Jamal, Samir Kuntar et Nelson Mandela.

La justice française reproche à Georges Abdallah de navoir pas renoncé à son engagement politique et de contester à quiconque le droit de lui dicter sa conduite en cas de nouvelle occupation du Liban. Comme le souligne son avocat, Jacques Vergès, on se demande ce qui autorise des magistrats français, à dicter à un citoyen libanais de retour dans son pays, avec laccord de son gouvernement, son attitude en cas dagression contre son pays. Le Liban nest plus sous mandat français.

Le collectif CLGIA dénonce fermement cette nouvelle décision de justice commandée par les intérêts français au Liban et appelle au développement de la mobilisation pour la libération de Georges Abdallah. Nous appelons à un meeting de solidarité le vendredi 15 mai à la bourse du Travail de saintDenis, à partir de 19 heures.

Commenter cet article