La police travaille à Argenteuil

Publié le par la Rédaction

Tir au flash-ball d’un policier :
Alliot-Marie saisie


Une échauffourée entre deux jeunes et des policiers, lors d’un contrôle routier dans le quartier du Val-Sud à Argenteuil a provoqué l’émoi de Faouzi Lamdaoui, adjoint PS de la ville, qui, indigné, vient de saisir la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

Jeudi dernier, selon les commerçants présents, des policiers, en nombre, ont fait usage d’un flash-ball, touchant au ventre un homme, qui, installé dans un café, avait garé sa voiture en double file rue Maurice-Utrillo.

Âgé de 23 ans, employé dans le bâtiment, le jeune homme se trouvait en compagnie de son cousin au moment de ce contrôle.

«On a juste demandé ce qui se passait à un policier lorsqu’il m’a dit de la fermer et de m’en aller. Pendant ce temps, deux autres agents étaient sur mon cousin qu’ils avaient mis à terre et je ne voulais pas partir sans comprendre cette agressivité. Je voulais le protéger, on n’avait rien fait. Le policier me repoussait. Puis, il a tiré sur moi avec son flash-ball. Ils m’ont maltraité. J’ai encore la trace sur mon ventre», raconte le jeune homme en ajoutant que tous deux avaient été «embarqués au commissariat de 12h30 à 20 heures».

Du côté de la police, les faits ne sont pas relatés de la même manière : «Les agents se sont retrouvés devant un attroupement autour du conducteur qui, au moment de sa verbalisation, a outragé les fonctionnaires. Ils ont été contraints d’utiliser leur arme pour disperser la foule.» Contestant la version du conducteur, la police affirme que «le parquet a été saisi des infractions commises par ces individus». Ex-secrétaire national au PS en charge de l’égalité des chances, Faouzi Lamdaoui a écrit hier à la ministre de l’Intérieur. Dans son courrier, il lui demande de «veiller à ce qu’une enquête soit diligentée, dans les meilleurs délais, par les services compétents du ministère et que toute la lumière soit faite concernant cette interpellation». L’élu est allé recueillir la version des commerçants sur les lieux où s’est déroulée la scène. Selon lui, «il s’agit d’une violence gratuite. C’est notre travail de terrain, nous les élus qui faisons le lien entre les policiers et les citoyens, qui vole en éclats ! On condamne la délinquance, on soutient le travail difficile des policiers dans les quartiers. Mais là, c’est inadmissible. Si des policiers ont perdu leur sang-froid, malgré la difficulté, il faut des sanctions.»

L’adjoint au maire s’appuie sur une vidéo amateur où l’on voit un policier menacer d’un flash-ball le conducteur du véhicule, avant que ne retentisse le coup. Il explique, dans son courrier à la ministre, que, «dans le contexte de cette verbalisation, l’utilisation de cette arme apparaît a priori injustifiée, disproportionnée et particulièrement dangereuse».

Leur presse (Rahim Bellem, Le Parisien), 7 mai 2009.


Une bavure au flash ball à Argenteuil

Bakchich.tv publie une vidéo d’une échauffourée entre un conducteur et des policiers à Argenteuil. Cette vidéo contredit la version policière. Le maire adjoint juge «cette violence gratuite inadmissible».

Selon plusieurs témoins, la scène s’est déroulée le jeudi 30 avril dernier vers 12h30 en plein coeur du quartier commerçant de la rue Maurice-Utrillo à Argenteuil. Des policiers auraient verbalisé un conducteur qui stationnait en double file au volant de sa voiture. Celui-ci aurait tenté de se justifier avant de recevoir en plein ventre une balle de flash-ball tirée à moins de deux centimètres raconte un témoin dans les colonnes de L’Écho-Le Régional.

Un officier du commissariat d’Argenteuil, concède à Bakchich qu’une balle de flash-ball a bien été tirée mais sans donner plus de précisions. La direction de la sécurité publique du Val d’Oise, injoignable ce jour, explique au journaliste de l’Écho «qu’il y a eu un attroupement autour du conducteur, qui au moment de sa verbalisation avait outragé les fonctionnaires. Ces derniers se retrouvant face à plusieurs individus hostiles, et, craignant pour leur sécurité, ont été contraints d’utiliser leur arme pour disperser la foule.»


Dans la vidéo-témoin amateur présentée par Bakchich, on ne voit pas d’attroupement autour des policiers. Les passants sont mobilisés mais gardent leur distance.

Le 2e adjoint au maire d’Argenteuil, Faouzi Lamdaoui, a recueilli la version de plusieurs commerçants. Tous affirment que ce sont les policiers qui sont venus en masse avec l’intention d’intimider le conducteur et le voisinage. La déflagration du flash-ball (à 00:59 dans la vidéo) a été si importante que nombreux ont cru qu’il s’agissait d’un tir à balle réelle. Une personne a alors crié Allah Akbar («Dieu est grand») croyant le conducteur décédé. Pour Faouzi Lamdaoui, «cette violence gratuite est inadmissible. Je respecte le travail parfois difficile des policiers mais je veillerai à ce que toute la lumière soit faite sur cette histoire. Et je prévois d’écrire à Madame Alliot-Marie.»

Bakchich, 3 mai.

Commenter cet article