Abolition de la division du travail à l'université de Rennes

Publié le par la Rédaction

Accroche-toi au pinceau, jenlève la hiérarchie !

La section universitaire rennaise de la CNT-FAU se félicite de la décision de la direction de l’université Rennes 2 de mettre fin, enfin, aux différences hiérarchiques entre les salariés de cette institution.

L
édition du Ouest-France du 5 mai 2009 nous le prouve en présentant (photo ci-jointe) M. Jean-Émile Gombert, vice-président du Conseil scientifique de Rennes 2, nettoyant de ses mains les murs graffités du bâtiment L de luniversité, se suppléant en cela au travail des personnels IATOSS. Il répond, et par son intermédiaire lensemble de la direction, à une des principales revendications de notre organisation syndicale (partage et rotation des tâches, suppression des différences statutaires…).

Nous nous félicitons de surcroît de l
illustration flagrante du manque de moyens de luniversité que cette photo met en lumière, situation dénoncée depuis longtemps par les militants et organisations universitaires.


Ensuite, nous espérons que M. Gombert sera correctement noté par son supérieur hiérarchique pour ce travail, comme le sont les personnels IATOSS depuis lannée 2007.

Enfin, nous refusons de prêter crédit aux cris d
orfraie de tristes sires dénonçant la flagrante et sinistre démagogie indigne de mandarins universitaires que la mise en scène de cette action ponctuelle de nettoyage pourrait révéler.

CNT-FAU Rennes, 6 mai 2009.


Rennes 2 : Après le blocage, les profs nettoient la fac

Cet après-midi, entre les cours, des enseignants et personnels se sont retrouvés au pôle langues dont les murs avaient été couverts de tags mercredi dernier.

Munis de combinaisons de protection, de produit anti-tags et de papier, ils ont recouvert les inscriptions.

«Une action symbolique de remise en état»
, explique Danielle Charles Le Bihan, vice-présidente de l
université Rennes 2. Le plus gros des travaux aura lieu en effet cet été.

Les cours continuent de se dérouler sur le campus. Le début des examens est lui fixé au lundi 18 mai.

Leur presse (Ouest-France), 4 mai.



Rennes 2 : Les personnels nettoient les murs

Hier midi, entre les cours, des enseignants et personnels se sont retroussé les manches pour masquer les tags qui recouvraient les murs du pôle langues.

«Il ne s’agit pas de tout repeindre, mais de recouvrir les tags pour une remise en état symbolique des lieux», explique Danielle Charles-Le Bihan, vice-présidente de l’université Rennes 2. Mercredi dernier, peu avant 21 heures et la fin des cours, des tags avaient été inscrits sur les murs du pôle langues «dont certains racistes, à l’encontre de la société de vigiles».

En combinaison de protection, munis de produits anti-tags, de papiers et de collants, des personnels de l’université les ont recouverts. Mais, le plus gros des travaux sera effectué cet été. Aucun bilan chiffré du coût des dégradations, du vol de matériel, de l’emploi de la société de vigiles n’est arrêté. Mais la présidence évoque déjà «un coût supérieur à 100.000 €. À elle seule, la porte de la Présidence, en verre sécurisé, coûte 20.000 €.
» (…)

Leur presse (Agnès Le Morvan, Ouest-France), 5 mai.

Publié dans Éducation

Commenter cet article

miettou 06/05/2009 19:42

J'ai la mauvaise impression que le communiqué de la CNT n'est pas teintée de l'ironie qui conviendrait à la situation. Cette organisation soi-disant  libertaire ne se contente pas de porter du crédit à la direction de l'université, elle félicite aussi Ouest-France de son choix d'illustration pour appuyer une revendication ridicule et parcellaire. Leur crédo c'est devenu l'autogestion de l'aliénation, ou alors j'ai rien compris.