G8 syndical : le bal des hypocrites !

Publié le par la Rédaction


L’hypocrisie de l’unité du «G8» syndical pour les journées de 24 heures.

Nos bureaucrates syndicaux jouent aux pompiers pyromanes comme à l’accoutumée : ils mobilisent en appuyant sur un bouton pour montrer qu’ils existent et qu’ils peuvent peser et aussitôt par peur d’être débordés, ils canalisent le mécontentement des travailleurs pour la plus grande joie des patrons. Cet état de fait ne doit rien au hasard : les syndicats institutionnels sont sous la tutelle des partis politiques et ces derniers ne voient de débouchés que politiques lors d’échéances électorales récurrentes. Là où ils font fort c’est qu’ils nous la jouent à l’identique depuis des années, notamment depuis 2003 avec le coup des retraites. Alors ils maintiennent une unité de façade face au gouvernement Fillon-Sarkozy en roulant chacun de leur côté des arêtes.

Mais au niveau des entreprises, qu’en est-il ? Les représentants syndicaux : DS, DP/CE qui n’ont que peu de troupes derrière eux se chicorent pour de bon car avec les nouvelles règles de représentativité, certains d’entre eux se trouvent sur la sellette. Tous les délégués qui ne dépasseront pas la barre des 10% des voix aux élections professionnelles se trouveront sans mandat et seront obligés de retourner au boulot à temps complet ! Et certaines personnes n’y tiennent pas du tout : l’affrontement va avoir lieu dans les boîtes avec tous les coups bas possibles et les patrons se frottent déjà les mains.

Les élections professionnelles se dérouleront dans la plupart des cas en 2010 et 2011 mais on voit déjà se profiler quelques perdants. À la SNCF, FO, la CFTC et la CGC ne sont plus représentatives … et la CFDT a eu chaud aux fesses. Chez Goodyear c’est la CGT qui est passée à la trappe ! Les années 2010 et 2011 vont être fatales à la CFTC. Elle est déjà non représentative chez BNP-Paribas. On ne pleurera pas sur son sort.

Nous allons voir se renforcer le syndicalisme dans les grandes entreprises, celles de plus de trois cents salariés, et les petites boîtes de plus en plus délaissées par les syndicats, sauf peut-être les syndicats de combat. Là encore, une fois la période transitoire terminée, nous verrons de nombreuses sections syndicales attaquées en représentativité au niveau du nombre d’adhérents de la section. En demandant de faire la preuve qu’il existe plusieurs adhérents dans une section syndicale, les responsables syndicaux devront donner quelques noms … ce qui risque de refroidir plusieurs salariés quant aux risques de répression syndicale. Finalement de nombreuses sections syndicales vont se retrouver dans la situation où était la CNT auparavant. En attendant les joutes électorales, il reste aux syndicalistes que nous sommes à faire la besogne syndicale à la base avec comme objectif l’égalité économique et sociale.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

goody 29/04/2009 12:46

« Chez Goodyear c’est la CGT qui est passée à la trappe ! » C'est totalement faux. Vérifier vos sources!