En mai, bloque ce qu'il te plaît !

Publié le par la Rédaction


«On a des responsables syndicaux nationaux qui sont des gens responsables.»
Xavier Bertrand

Nous voici rassemblés pour un Premier Mai destiné à administrer la démonstration bimestrielle d’une unité syndicale inoffensive, à donner des gages de réalisme et de bonne tenue.

Grève le Premier Mai !!!!? Marchons !

Tout cela pour arriver demain au travail à l’heure, si on est pas entre deux CDD, au chômage, si on ne s
est pas fait licencier : plein de fois les organisations syndicales ont commencé par faire mine de dire non aux réformes, aux restructurations pour opiner ensuite, plein de fois des soit disant représentants ont signé contre nous sur les retraites, sur lUnedic, sur lannualisation du temps de travail.

RSA, offre raisonnable d
emploi, évaluation, dénonciation, fichage, rétention, expulsion, on veut nous imposer toujours plus de précarisation et toujours plus de contrôle. Cette réalité dont saccommodent des organisations sans scrupule, nous nen voulons pas.

«Vous ne regrettez pas le saccage à la sous-préfecture ?
— Vous plaisantez j’espère»
, a répondu à un journaliste un employé de Continental.


Séquestrations de cadres et de patrons, occupations d’usines, grèves étudiantes, casse à la sous-préfecture de Compiègne, sabotage du comité d’entreprise à Caterpillar, occupations de Pôle emploi, coupures et réductions sauvages des tarifs à GDF et EDF, avec ou sans papiers résistances aux expulsions, pratiques d
entraide contre latomisation et la misère, autoréductions dans les supermarchés : interruptions et sabotages de la production.

«Non, je ne regrette rien.»

Continuons à prendre nos affaires en main.

Camarade syndiqué, laisse-toi déborder !

Le lyannaj guadeloupéen peut être transposé ici pour construire des forces collectives. Elles ne peuvent dépendre du rythme fixé par les représentants institués.

Au-delà du Premier Mai — par tous les moyens,
partout où cela est possible : Bloquons l’économie !

Retrouvons-nous pour deux rendez-vous d
action :
—  Jeudi 30 avril à 10h30 : devant la CFDT, 4 bd de la Villette, Métro Belleville (les salariés de Pôle emploi sont en grève…).
—  Vendredi 1er mai à 14h : devant lentrée principale de lhôpital saintVincent-de-Paul (rue Denfert Rochereau).

Des précaires, chômeurs, intermittents, étudiants,
sans papiers coordonnés - CIP-IDF, 26 avril 2009.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article