Tract trouvé sur un marché ce samedi matin

Publié le par la Rédaction


Un autre point de vue sur la répression et sa contestation…

Dans ce monde où sont réprimées nos envies dès l’école pour discipliner chaque nouvelle génération à la machine capitaliste, où toute existence (intégrée ou hors champ, en rupture ou même désintégrée) doit se soumettre sans cesse au contrôle des institutions sociales, psychiatriques, juridiques et carcérales ; dans ce monde, toutE un chacunE se doit de surveiller et punir, toutE un chacunE se doit de collaborer en réprimant en ellui et dans les autres tout possible de révolte, tout possible de résistance et répète inlassablement : «La règle, cest la règle».

Nous regrettons mais ne voulons pas nous appitoyer, nous voulons la fermeture des commissariats et l
ouverture des prisons, la liberté pour toutEs les condamnéEs que nous sommes.

Aussi face à la criminalisation des moyens de luttes et face à la répression, nous nous organisons et soutenons :
— Les révoltéEs des manifestations du 29 janvier et du 19 mars (à saintNazaire, Nantes et Rennes notamment),
— Les personnes refusant le fichage ADN,
— Les personnes inculpées pour sêtre réapproprié et avoir redistribué des richesses (les pêcheurEs de Côtes-d’Armor, les ouvrierEs en grève ainsi que les étudiantEs),
— Les inculpéEs de lantiterrorisme (militantEs pour la réunification de la Bretagne, inculpéEs de Tarnac et de Vincennes…),
— Les opposantEs à laéroport de Notre-Dame-des-Landes inculpées pour une tarte à la crème et la destruction dun échantillon de terre (en procès le 28 avril à saintNazaire, rassemblement à 12H00),
— Les canonierEs défenseureuses de lhôpital de Carhaix,
— Les personnes migrantes et notamment les sans-le-bon-papier de Vincennes inculpéEs pour avoir mis le feu à leur prison,
— Les faucheureuses dOGM.
— Et pour toutes celleux qui gardent encore le silence, fraudeuses, voleurEs, fumistes, ou fumeux agitateurEs, prostituéEs, droguéEs, chômeureuses, délinquantEs, jeunEs ou vieilleux fuguant de leurs foyers ou de leurs maisons de retraite, squatteureuses, rageux outrageuses d’uniformes…

Nous voulons protester, réagir, marcher pour ne pas en rester là, saboter et voir se répandre ici et partout des actes de solidarité avec toutes celleux qui s
en prennent plein la tronche par la police et la justice.

Manifesta(c)tion le 25 avril
à 15h00 place Bretagne

PS : la police ne connait pas la crise.

Indymedia Nantes, 19 avril 2009.

Commenter cet article