Le "patriote" Soral à Bordeaux : les liaisons dangereuses du fondamentalisme et du fascisme

Publié le par la Rédaction

Les extrêmes-droites tombent le masque

Vendredi 18 mars, Alain Soral sera présent à Bordeaux pour participer à un débat organisé par Égalité & Réconciliation, association politique dont il est le président.

Hier militant du PCF, puis adhérent du FN dont il a été membre du Conseil national, la girouette Soral tente aujourd’hui de construire le groupuscule Égalité & Réconciliation, qui cache ses thèses antisémites derrière un anti-sionisme virulent.

Nostalgique de l
Algérie française, Alain Soral explique que «les seules choses qui tiennent encore debout là-bas sont celles que la France coloniale y a construites».

Antisémite, il déclare que «les Juifs français refusent de se poser des questions à propos du fait que personne ne peut les blairer depuis 2500 ans».

Sexiste, il affirme que les femmes ont «une propension à la cruauté mentale» et «une conscience du monde moins étendue» et justifie le viol en expliquant que «le danger et l’ambiguïté du viol tiennent d’abord à la spécificité du désir féminin. Désir qui a tendance à avancer masqué et à se mentir à lui-même.»

Stalinien hier, fasciste aujourd
hui, Soral avance pourtant masqué, et son organisation Égalité & Réconciliation cherche à ratisser large. Se définissant tantôt comme patriote, tantôt comme gauche nationale ou encore comme «alternationaliste», Égalité & Réconciliation tente de rompre avec les vieux clichés que trimballe lextrême-droite traditionnelle. Pourtant derrière cette nouvelle surface plus ouverte, plus populaire, plus fraternelle, «plus à gauche»… il ny a pas à gratter longtemps pour retrouver les bonnes vieilles valeurs de lextrême-droite, plus immondes les unes que les autres : préférence nationale, arrêt de limmigration, identité nationale et un antisémitisme latent caché sous un anti-sionisme exacerbé.

Le 18 avril, Soral vient faire la promo de son organisation autour d
un débat : «Français musulman et patriote, pourquoi la gauche antiraciste et la droite islamophobe nen veulent pas ?» avec comme invité Tareq Oubrou, théologien et recteur de la mosquée de Bordeaux.

Ce débat entre un leader d
extrême-droite et un recteur qui nest pas connu pour être particulièrement progressiste peut paraître étonnant. En effet, il importe de signaler que Tareq Oubrou sinscrit dans la ligne politique visant à mettre en place un communautarisme négocié avec l’État à travers ce quil appelle la «charia des minorités». Il sagit en réalité dun repli communautaire entraînant lexclusion dune partie de la population mais aussi la mise en place de lois dexception concernant uniquement cette communauté et donc clairement discriminatoires. On comprend donc mieux pourquoi Alain Soral y trouve son compte, puisquil nest pas question ici dégalité…

Il convient aussi de signaler que Tareq Oubrou est un membre éminent de l
UOIF (Union des organisations islamiques de France). LUOIF est une organisation qui a pour but de simposer dans le paysage politique français en prétendant représenter lensemble des musulmans de France, or de par ses positions, cette organisation représente surtout une tentative de légitimisation dun discours et dune pratique fondamentaliste de lIslam.

Les connexions entre l
UOIF et les Frères musulmans, organisation ultra-fondamentaliste née en 1927 en Égypte, demeurent floues et informelles, mais linfluence idéologique est elle indéniable, comme en témoignent les multiples références à ce courant dans les productions de lUOIF ou des associations qui gravitent autour delle.

Il s’agit bien là d’une vaste campagne marketing qui encore une fois a pour but de donner une nouvelle image de l’extrême-droite ainsi que du fondamentalisme religieux, cette nouvelle légitimité leur donnant les moyens de ratisser très large. Cette stratégie vise à créer un flou, sur les lignes et habituels clivage politiques, et construit un piège dans lequel les personnes peu informées peuvent tomber sans voir les motivations nauséabondes de Soral.

Soyons vigilants, Égalité & Réconciliation n’est pas un cas isolé.

Tandis que le FN se délite et que ses cadres se livrent une guerre de succession sans merci, des espaces à sa droite ainsi quen son sein souvrent.

De ces espaces créés, de nombreuses organisations encore groupusculaires, au delà d
’Égalité & Réconciliation, sont nées et tentent de se développer comme on peut le constater, dans la région bordelaise. Dies Irae, de sensibilité catholique intégriste, jouant sur les racines chrétiennes de la France, le Bloc Identitaire qui a récemment débauché Thibault du Réau ancienne tête de liste du FN aux municipales à Libourne et qui se pose actuellement comme fer de lance de la lutte contre le projet de la grande mosquée à Bordeaux. Le Bloc Identitaire sest aussi fait connaître avec linterdiction de sa soupe au cochon distribuée aux SDF (sauf ceux de confession juive ou musulmane). Soupe qui était réalisé sous le mot dordre : «Les nôtres avant les autres», ce qui est pour le moins explicite quant à la ligne politique des organisateurs…

Ces différents groupes ne se situent pas tous sur le même terrain et chacun a ses particularités. Mais sur le fond, tous jouent sur la corde du nationalisme, d
une Europe fondamentaliste, dun désir didentité nationale ou régionale et surtout souhaitent se racheter une image de respectabilité. Ces nouvelles extrêmes-droites rentrent dans une concurrence les poussant à une émulation entre elles pour combler le vide laissé par le FN.

On voit localement ces groupes se renforcer et à travers les médias, on voit que ces idées sont de plus en plus véhiculées par des personnalités controversées qui placent ces discours sur le devant de la scène.

À l
approche des élections européennes de 2009, Dieudonné a lancé un appel à des personnalités allant de Alain Soral à Kémi Séba, ex leader de la tribu K et leader du MDI (Mouvement des damnés de limpérialisme), en passant par Djamel Bourras ex judoka, afin de constituer une liste «anti-communautariste et anti-sioniste».

De son coté Kémi Séba a jeté un pont vers la Droite socialiste, groupuscule néo-nazi (qui s
appelle ainsi car le terme national-socialiste est interdit depuis la seconde guerre mondiale). Dieudonné invite Faurisson (négationniste de lHolocauste tristement célèbre) sur scène.

Bref, Dieudonné, Faurisson, MDI, Kémi Séba, Droite socialiste : la Sainte Alliance de tous les antisémites.

Car sous couvert d’anti-sionisme, quand on entend des phrases du types «le sionisme gangrène la France» (Dieudonné), ne soyons pas dupes : il s’agit bien d’antisémitisme dans ce qu’il a de plus gerbant.

Face à cette recrudescence des idéologies fascistes, nous appelons à réagir, pour combattre lextrême-droite sous toutes ses formes.

Ni intégristes, ni fascistes : Rassemblement…

Tract bordelais, 15 avril 2009.

Publié dans Autodéfense

Commenter cet article

Zac de la Zup 26/03/2010 12:55


Par rapport à Soral a priori rien à redire si ce n'est, à sa décharge:  " y a que les cons qui ne change pas d'avis"
Par contre je ne saurais que trop conseiller à l'auteur de l'article de lire un minimum Tareq Oubrou avant d'écrire à son sujet... tareq Oubrou fondamentaliste... Sur..!  Preuve en est: Il
milite pour les femmes Imams, il rappelle aux musulmans que le port du voile n'est qu'une prescription mineur et qu'entre le voile et l'éducation, ou le travail, il n'y a meme pas à discuter...
Quant à la notion de charia des minorités elle suscite l'idre des fondamentalistes car elle implique la soumission aux lois de la république justement... Si tout les fondamentalistes etaient du
calibre de Tareq Oubrou...
C'est de la désinformation pure vos commentaire sur ce sujet...
Bien à vous


walkmindz 16/04/2009 16:29


S’il fallait faire un choix, quelle face du métissage devrions-nous sauver : l’angélisme stérile ou l’abomination extrémiste ?
Pas d’alarmisme, n’ayez crainte, la troisième possibilité, celle de la nuance, du bon sens, de la majorité et de la moyenne prévaut sur tout positionnement de société.
Quand l’espace politique devient le révélateur d’une construction morale articulée par une histoire parfois repentante, souvent sélective et un ressentiment ne différenciant pas l’intime de l’universel, on peut légitimement s’attendre à une guerre civile passive qui ne porte pas son nom.
Faire des diagnostics c’est le sport national. Là où l’on cherche une raison idéologique on peut trouver des solutions pathologiques. Mais sous les projecteurs peu importe les victimes, seuls comptent les bénéfices.
Quant à Dieudonné, qui il est n’est pas la question, ce qu’il est, voilà la réponse.
La suite :
http://souklaye.wordpress.com/2009/03/22/16-mesures-mon-chargeur-est-surcharge-indigestion-d’integration/