Pôle Emploi : Fermeture exceptionnelle avant liquidation totale

Publié le par la Rédaction


Alors que le nombre de chômeurs explose à Marseille, et après que les ASSEDIC ont considérablement réduit leurs effectifs les années précédentes, certaines antennes du tout nouveau Pôle Emploi n’hésitent pas à fermer leurs guichets au moins une fois par semaine ; c’est-à-dire qu’au moment où les salariés en ont le plus besoin, le service public de l’emploi devient de moins en moins accessible.

Et bien sûr aucune information en direction des demandeurs d’emploi (qui n’ont rien d’autre à faire que d’aller se casser le nez sur les portes closes de leur ASSEDIC) n’est communiquée par le Pôle Emploi.

Les conséquences de cette incapacité à remplir une mission de service public, à faire bénéficier de leurs droits ceux qui en ont encore plus besoin aujourd’hui, à redistribuer la part de nos salaires qui finance les caisses de l’assurance chômage sont graves et inadmissibles : retards dans le traitement des dossiers pouvant aller jusqu’à six mois, retards dans les paiements, erreur dans les calculs d’allocations, décisions arbitraires, non motivées, souvent prises par des agents peu formés, absence de communication… et se traduisent directement dans nos vies par l’impossibilité de faire face à nos dépenses courantes ; les huissiers eux, agissent sans délai !

Par la fusion des ASSEDIC et de l’ANPE les missions du service public de l’emploi changent ; il s’agit aujourd’hui non de garantir l’accès de tous à l’assurance chômage que tous financent mais bien de servir de moins en moins d’allocations à un nombre de plus en plus restreint de chômeurs. Et ceux qui remplissent cette mission, qui en même temps que de nos dossiers s’occupent de nos vies, sont affublés du titre ronflant, provocateur et lourd de sens de «liquidateurs» (sic). On croit rêver, mais non ; LIQUIDATEURS !

ORGANISONS-NOUS
AVANT QU’ILS NOUS AIENT TOUS LIQUIDÉS !

Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article

une salariée de Pôle emploi Lorraine 18/04/2009 08:24

J'ai voulu réagir car la souffrance des collègues n'a de réponse que l'hypocrisie et l'inertie des directions. Les collègues ont bien du mal à se bouger pour eux-même, aussi je pense qu'il ne faut pas manquer une seule occasion de dénoncer l'envers de la médaille. Il serait temps que de véritables actions intersyndicales se mettent en place pour contrer tout ça. PS : Je préfère nettement les autres tracts dont vous m'avez donné les liens.

secrétariat du syndicat CNT du Jura 18/04/2009 08:20

> Effectivement, le tract de Marseille voulait dénoncer le changement de> mission du service public de l'emploi - et surtout pas s'en prendre aux> salariéEs !>> Pour votre information, voici le lien vers d'autres tracts sur le même> sujet, de la section CNT ANPE :> http://juralibertaire.over-blog.com/article-28110563.html> http://juralibertaire.over-blog.com/article-27260746.html> http://juralibertaire.over-blog.com/article-26436575.html> http://juralibertaire.over-blog.com/article-25770731.html> http://juralibertaire.over-blog.com/article-25186715.html> http://juralibertaire.over-blog.com/article-24830220.html> http://juralibertaire.over-blog.com/article-24828650.html

une salariée de Pôle emploi Lorraine 18/04/2009 08:13

Bonjour, Je réagis à votre article "Pôle Emploi : Fermeture exceptionnelle avant liquidation totale" > "Et ceux qui remplissent cette mission, qui en même temps que de nos> dossiers s'occupent de nos vies, sont affublés du titre ronflant,> provocateur et lourd de sens de «liquidateurs»"Y'en a marre de taper sur les salariés ! Si vous croyez que les agents de pôle emploi sont heureux de leur sort actuel, ou fières d'être "de Pôle emploi", vous vous trompez ! La réalité est que nous subissons autant que les demandeurs d'emploi cette fusion à marche forcée voulue uniquement par la volonté politique. La volonté du "gouverneur" est de détruire le peu d'organismes dit sociaux qui existaient encore. Démantèlement de l'Assédic, de l'Anpe, de l'Afpa, ... Cette fusion était en préparation depuis au moins 3 ans. Aujourd'hui rien n'est organisé. Les Directions Régionales font trois pas en avant deux en arrière.Le tout sans moyen, sans embauche, sans formation ou si peu. Il ne se passe pas un jour sans que des salariés se fassent insulter violemment par des demandeurs d'emploi.Est-ce que c'est une solution pour faire avancer les choses ? Charpy, le grand ponte de Pôle emploi est à la botte de Sarko ! C'est à eux qu'il faut s'adresser et soutenir les salariés qui n'en peuvent plus, souvent complètement démotivés mais qui continuent à faire comme ils peuvent justement pour payer les demandeurs d'emploi.