Solidarité des classes en lutte !

Publié le par la Rédaction

Diviser pour mieux régner !

Ceux qui ont le pouvoir (le gouvernement et le patronat) et ceux qui aimeraient bien l’avoir (les partis politiques et certaines directions de syndicats réformistes), aidés par les médias, tentent toujours de diviser les opposants à leurs politiques. En pensant comme eux et en agissant selon leurs désirs, ils t’octroient le titre de bon citoyen et de bon manifestant, mais s’il te prend d’agir et de réfléchir de façon différente, alors tu deviens un provocateur, un casseur ou un émeutier.

«Les casseurs» sont des manifestants comme les autres !

Floués par les partis politiques et trahis par des directions syndicales réformistes, certains refusent de lutter dans un cadre institutionnel et préfèrent l’autonomie, l’action directe (avec ou sans violence) et le refus de la représentation. Leurs détracteurs voudraient imposer un schéma de pensée unique, dans un seul but : garder ou obtenir le pouvoir ! Même si certaines personnes utilisent des moyens d’action et d’expression que l’on peut ne pas approuver, on ne peut leur dénier le fait d’être des manifestants, d’avoir des idées et de les défendre.

Une solidarité sans faille

Si on peut déplorer l’utilisation de la violence, on ne doit pas marginaliser et exclure ceux qui l’utilisent. Le fait que certaines personnes n’aient plus que ce moyen pour s’exprimer en dit long sur la démocratie dans laquelle nous vivons ! Entre ceux qui luttent contre la précarité et ceux qui nous l’imposent et nous répriment, le choix est évident, nous soutiendrons toujours les gens en lutte et nous ne collaborerons jamais avec l’État et ses chiens de garde.

Une vitrine ou une vie ?

Entre ceux qui vont dégrader une vitrine et ceux qui vont casser, au propre comme au figuré, des vies par la précarité, par des plans dit «sociaux» ou par la répression, qui sont les plus dangereux ? Qui sont les victimes du capitalisme et qui sont les bourreaux ? Avec qui pouvons-nous lutter ? Contre qui devons-nous lutter ?

N’oublions pas les casseurs qui ont lutté pour nous…

Des révoltes paysannes aux arrachages d’OGM, des barricades de la Commune aux hauts fourneaux de Longwy, des luttes du mouvement ouvrier à la résistance, de nombreuses personnes ont lutté pour acquérir des droits et pour construire une société plus juste et plus égalitaire. Aujourd’hui, les médias les désigneraient comme des casseurs voire des terroristes.

La lutte des classes toujours d’actualité

Comment ne pas parler d’inégalités sociales dans un pays où :
— 12% des personnes vivent sous le seuil de pauvreté (chiffres INSEE 2003),
— Le taux de chômage atteint presque 10% (et plus de 20% chez les jeunes),
— Le salaire médian (Salaire tel que la moitié des salariés de la population considérée gagne moins et l’autre moitié gagne plus. Il se différencie du salaire moyen qui est la moyenne de l’ensemble des salaires de la population considérée) s’élève à 1484 euros mensuel net contre 1903 euros pour le salaire moyen (chiffres INSEE 2004), ce qui indique une répartition inégalitaire des salaires où de nombreuses personnes gagent peu et où une minorité gagne beaucoup,
— Les cadres gagnent le double de l’ensemble de la population (sans compter les avantages en nature, les avantages financiers et les primes),
— Les patrons, les hauts fonctionnaires et les gouvernants gagnent encore plus.
Dans un pays où une forte majorité de la population s’oppose à un projet de précarisation généralisée, où une grande partie descend dans la rue et où une minorité s’accroche à ses privilèges, comment ne pas parler de lutte de classe !


Pourquoi certains se masquent-ils lors des actions ?


Ce n’est ni pour effrayer les gens ni pour se complaire dans un romantisme révolutionnaire, mais par simple pragmatisme. Dans une société toujours plus fliquée, les masques garantissent une protection contre les gaz lacrymogènes et un anonymat indispensable dans le cadre d’actions durement réprimées. L’État policier est bel et bien une réalité, et ne pas se faire arrêter puis inculper une nécessité.

Alliot-Marie envisage d’interdire les cagoules dans les manifestations
Pourquoi il est bon de toujours manifester masqué(e)

Publié dans Fichages et flicages

Commenter cet article