2e Assemblée Populaire de Montauban - 6 novembre

Publié le par la Rédaction

2e ASSEMBLÉE POPULAIRE AUTONOME DE MONTAUBAN

SAMEDI 6 NOVEMBRE EN FIN DE MANIF !

 

On lutte pour quoi ? Pour les retraites ? D'accord, mais le problème ne se limite-t-il vraiment qu'aux retraites ? N'est-ce pas l'ensemble de nos droits fondamentaux, notre dignité toute entière, qu'on veut nous enlever, qu'on veut nous arracher ? Ce vol de nos vies n'est-il pas déjà programmé, n'est-il pas déjà en marche ? Mais alors qui sont les voleurs ? Qui sont les criminels ? Qui sont ces casseurs de vies ? Qui sont vraiment les terroristes ? Ce sont tous ceux qui veulent que rien ne change et qui protègent ce système carnassier qu'on appelle le Capitalisme et qui repose sur l'exploitation et la domination de l'humain par l'humain.

 

Mais cette exploitation et cette domination sont-elles vraiment si inéluctables comme on aime toujours à nous le faire croire ? Qu'est-ce qu'on fait alors de l'Égalité, de la Solidarité, de la Liberté et de la Justice Sociale ?

 

Rien ?!! Des rêves ? Du vent ? Des cacahuètes ? De belles paroles qui ne vaudraient rien ?!!

 

Sommes-nous réellement incapables de résister et de nous auto-organiser face à la destruction de nos vies, de nous exprimer collectivement sur ce que nous subissons toutes et tous dans nos quotidiens tristes et misérables ? Face à un système qui nous broie tous les jours un peu plus, nous et le reste du monde, sommes-nous réellement condamnés à l'éternelle impuissance ?

 

Certes, puissant est ce système qui toujours nous fait croire que nous ne pouvons et ne pourrons jamais rien. Puissant est ce système qui nous fait croire que nous battre ne sert à rien, que lutter ne sert à rien, que tout est écrit, que la «nature» humaine est mauvaise, que l'humain est mauvais, que tout est perdu d'avance, etc. Tous ces fatalismes qu'on nous injecte dans nos vies toutes entières, dans «nos» tubes cathodiques, dans «nos» radios, dans «nos» journaux, dans «nos» cinés, dans «nos» écoles, dans «nos» collèges, dans «nos» lycées, dans «nos» universités, dans «nos» usines, dans «nos» bureaux, dans «nos» livres religieux, dans «nos» sectes, etc. Tous ces fatalismes, sommes-nous réellement condamnés à les croire éternellement ? Ou bien est-ce tant que nous y croirons que nous resterons condamnés ?!

 

Notre formidable élan populaire des mois de septembre, d'octobre, et maintenant de novembre 2010, a prouvé, et cela était nécessaire, que oui les gens de la rue sont tout à fait capables de se réapproprier la parole et de s'auto-organiser dans une lutte libre et autonome. D'abord, la réappropriation de la parole s'est opérée au sein d'innombrables assemblées populaires autonomes dans de très nombreuses villes, et même villages ! Ensuite, l'auto-organisation de la lutte et les initiatives locales se sont logiquement mises en place à partir de ces mêmes assemblées populaires autonomes. Alors bien sûr, souvent nous tâtonnons, souvent nous nous trompons… C'est logique puisqu'il s'agit d'un début. Mais aujourd'hui la preuve est faite : nous savons que nous sommes capables de parler, d'agir et de lutter par nous-mêmes ! Nous sommes capables de nous auto-organiser ! Alors continuons !

 

Pour l'Égalité, la Liberté, la Solidarité et la Justice Sociale, continuons ce combat autonome fertile et prometteur contre tous ceux qui veulent que rien ne change, et qui satisfaits travaillent depuis déjà beaucoup trop longtemps à la destruction du monde et de nos vies ! Continuons cette logique d'émancipation, de réappropriation de la parole et d'auto-organisation.

 

Apprenons par exemple à ignorer les médias dominants, principaux accapareurs de la parole publique, et qui omnipotents distillent partout leurs «informations» officielles institutionnalisées et uniformisantes.

 

Rappelons-nous toujours combien les mensonges des médias dominants influent sur nos pensées et sur nos actions individuelles et collectives ! Apprenons à les ignorer et à les combattre, en utilisant nos propres outils autonomes de communication. Créons, inventons ou réinventons-en d'autres : Assemblées populaires autonomes, journaux de lutte autonomes, radios libres, etc... Libérons nos imaginaires !

 

Pour la Liberté, l'Égalité,

la Solidarité et la Justice Sociale !

 

Des habitants du Quercy réunis
en Assemblée Générale le 3 novembre 2010.

 

 

Note informative

 

Le jour du lancement de la première assemblée populaire de Montauban, jeudi 28 octobre, les chefs syndicalistes et certains politiciens présents ont essayé, et en partie réussi, de saborder cette initiative légitime de réappropriation de la parole par toutes et tous. On a même été jusqu'à l'utilisation de la violence !!

 

Pourtant quelque jours plutôt, lundi 25 octobre, au cours d'une pseudo «assemblée de grévistes» supposée «ouverte à tous», ces donneurs de leçon «démocratique» avaient promis publiquement qu'ils n'entraveraient pas l'organisation de cette assemblée populaire, et, qu'en fin de manifestation, ils baisseraient le volume de leurs camions-sonos en précisant même, alors que nous ne leur demandions pas, qu'ils les feraient partir…

 

Or non seulement ces camions n'ont pas quitté les lieux à la fin de la manifestation du jeudi 28 octobre, mais en plus le volume de leurs sonos a été augmenté au maximum ! Nous sommes donc allé voir le chef de l'intersyndicale pour lui demander si comme prévu il pouvait faire baisser le volume. Il nous a répondu par un «NON !» expéditif. Nous lui avons alors rappelé sa promesse et sa réponse fut tout aussi péremptoire : «Oui mais… c'est NON !»

 

Alors tant bien que mal, dans ce brouhaha carnavalesque, un de nos compagnons à l'aide d'un mégaphone a essayé d'inviter les gens à venir discuter de manière audible et intelligible un peu plus loin, à l'écart de ce qui ressemblait de plus en plus à une manifestation festive !

 

C'est à ce moment-là que notre compagnon a été bousculé par les Services d'Ordre des organisations syndicales et a reçu un coup de manche de drapeau… Une syndicaliste indignée, et qui avait témoin de la promesse des chefs syndicalistes de baisser le volume, est venue spontanément nous apporter son soutien. Mais les gens, abasourdis par la cacophonie des camions-sonos, et surpris par ces incidents, n'ont pas compris ce qui se déroulait devant leurs yeux et sont partis. De plus il faut dire qu'au même moment, accrochés à leurs micros, les chefs syndicalistes hurlaient sur la foule en l'exhortant à se disperser le plus rapidement possible !!

 

Ces agissements sont absolument inacceptables et scandaleux ! Et pourtant, les centrales syndicales (moins de 8% des travailleurs) sont bien soulagées lorsqu'elles voient affluer les nombreux non-syndiqués dans les rangs de leurs très conventionnelles manifestations, organisées par les bureaucraties parisiennes à l'occasion de leurs fameuses «journées d'action», dont on ne peut que mesurer la terrible efficacité…

 

C'est donc déterminés, jeudi 28 octobre, et avec un petit nombre de personnes qui nous a rejoint, que nous avons tout de même réussi à organiser la première assemblée populaire autonome de Montauban. Une fois la discussion engagée, la parole s'est libérée et au bout d'une heure, nous avons décidé collectivement de nous revoir et d'auto-organiser ensemble la seconde assemblée populaire de Montauban, à la fin de la manifestation du samedi 6 novembre.

 

2e ASSEMBLÉE POPULAIRE AUTONOME DE MONTAUBAN

SAMEDI 6 NOVEMBRE EN FIN DE MANIF !

 

La rue est à tout le monde ! Et il n'y a rien de plus légitime que d'auto-organiser une assemblée populaire entre participants d'une manifestation de rue pour une réappropriation par toutes et par tous de la parole collective. Qu'on se le dise !

 

Des habitants du Quercy réunis
en Assemblée Générale le 3 novembre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article