Un bon patron est un patron séquestré : Caterpillar Grenoble

Publié le par la Rédaction


«Une trentaine de policiers des unités d’intervention de la police nationale a pris position vers 14h devant les grilles de l’usine où se trouvent les locaux de la direction.»
AP, 31 mars 2009 (17h34).


Les ouvriers de Caterpillar durcissent leur action


Aujourd’hui, les ouvriers de Caterpillar ont décidé de retenir cinq membres de leur direction sur le site de Grenoble jusqu’à ce que ceux-ci se décident à réellement négocier avec eux. Vendredi, suite aux négociations menées notamment avec deux médiateurs désignés par le préfet, la direction de Caterpillar avait concédé un peu plus d’argent pour les primes de départ et de licenciement, mais les sommes accordées restaient assez éloignées des revendications des ouvriers. À suivre…


Des membres de la direction «pris en otage»

D’après France-Info, après les récentes séquestrations de patrons de Sony et de 3M, cinq cadres de la direction de Caterpillar-Grenoble sont «retenus» depuis 10h30 par des grévistes de cette même entreprise.


Les médias parlent bien sûr de «prise d’otage», mais par les temps qui courent, la flicaille héiste un peu à intervenir de manière forte (il y a quelque temps, on parlait carrément de «terrorisme» quand une action similaire avait eu lieu du côté de Bègles-Bordeaux, je crois). Une manière de constater que la lutte des classes reprend du poil de la bête…


Il peut être intéressant de se rassembler devant le site grenoblois de Caterpillar, en solidarité avec les grévistes.



Faites parvenir toute info supplémentaire sur ce site, SVP.


En attendant, ça en parle dans les médias bourgeois :
 - «Des employés de Caterpillar séquestrent quatre cadres», Libé
 - «Caterpillar : des cadres en otage», M6
 - «Quatre cadres de Caterpillar retenus par des salariés», Le Figaro

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article