Le meilleur des mondes policiers...

Publié le par la Rédaction


Nos maîtres policiers n’hésitent jamais à s’investir dans la tâche répressive à laquelle ils s’adonnent avec une évidente satisfaction. Faire la chasse aux contestataires «invisibles», traquer les «voyous» des banlieues, expulser un maximum de sans-papiers, ne suffit pourtant pas à la satisfaction de nos fins limiers.

Fort heureusement, les fichiers policiers explosent, jusqu’à risquer de devenir inexploitables, tellement les «clients» concernés peuvent y figurer par erreur. Dans ce pays, jadis patrie des droits de l’Homme, il n’est plus un secteur de la vie quotidienne qui ne soit constamment épié par une officine policière. Certaines d’entre elles piétinent les mêmes plates-bandes, se trouvant ainsi en concurrence : ce qui pourrait susciter un retour à la guerre des polices. Nous sommes effectivement sous contrôle actif. Que celui qui n’est pas défavorablement connu des services de police lève le doigt ! Cela ne suffit pas.

Il est indispensable de prévoir de quoi seront faits les lendemains policiers. Mais non, il n’est pas question d’augmenter les effectifs de la Grande Maison car, en ces temps de récession, les économies sont à l’ordre du jour. Il serait surtout envisagé de se pencher sur la forme que pourrait prendre la délinquance future. Sans oublier le grave danger représenté par les millions de «réfugiés climatiques» qui, bientôt, ne manqueront pas de menacer l’ordre public dans les pays encore relativement protégés des ouragans et de la montée des eaux. Ne riez pas. Une récente enquête, publiée dans Le Monde, nous informait que la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, venait de créer un département prospective. Au cas où…

En fait, un très sérieux rapport, titré «Contexte stratégique de la sécurité intérieure à l’horizon 2025», remis à la ministre de l’Intérieur en septembre 2008, a pour objet d’étudier «les tendances lourdes ou émergentes» en matière de sécurité. Dès le mois de février 2009, une étude plus précise sur «le vieillissement de la population et les besoins de la sécurité intérieure», s’inquiétait de la possible criminalité des plus de soixante ans. Il fera bon vivre au pays de la liberté au cours des prochaines décennies. Une certitude : la réalité ne tardera pas à dépasser la fiction !

Maurice Rajsfus
Éditorial du no 29 de Que fait la police ?, avril 2009
Bulletin d’information anti-autoritaire.

Publié dans La police travaille

Commenter cet article