L'Ennemi intérieur

Publié le par la Rédaction

«Le capitalisme globalisé ne s’effondrera pas tout seul.» Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales, décortique l’antiterrorisme.

Il y a quelques années, on a fait jouer à plusieurs reprises «L’ennemi à l’intérieur», un groupe de rap musette aux textes engagés. Mathieu, le chanteur, vient de publier sa thèse de sociologie aux éditions La Découverte sous le titre L’Ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine. Lors de son dernier passage à Paris, nous lui avons demandé d’analyser l’actualité sécuritaire des dernières semaines.

Peux-tu nous expliquer ce qu’est la «doctrine de la guerre révolutionnaire», que tu développes dans ton livre ?

Une doctrine militaire est un répertoire de discours et de pratiques permettant à l’armée d’imposer en son sein ainsi que dans la société, une représentation systématique de «ce qui menace l’État et sa population» et de codifier les «bonnes manières» de surveiller, encadrer ou écraser ces menaces. La doctrine de la guerre révolutionnaire a été conçue durant les guerres coloniales d’Indochine, du Maroc et d’Algérie par l’armée française puis enseignée aux armées des États-Unis, des néocolonies africaines ou d’Amérique du Sud en quête d’une technologie susceptible de détruire ou de paralyser les mouvements révolutionnaires qui s’y développaient. Dans le contexte de la guerre froide, la France est considérée comme le rempart européen de l’Otan face au «monde communiste», on cherche à savoir comment l’ennemi soviétique arrivera à empêcher le «monde libre» de se servir de l’arme nucléaire pour riposter à une attaque «rouge», c’est-à-dire à cerner les populations susceptibles de servir de Cinquième colonne, de se constituer en ennemi intérieur pour déstabiliser le pouvoir en place. Sur ce principe, l’ensemble des formes d’insoumission anticolonialiste furent considérées comme les manipulations d’une pieuvre communiste terrorisant les populations colonisées de manière à les enrôler pour fragiliser l’Empire. La doctrine de la guerre révolutionnaire devient une doctrine d’État de 1953 à 1960, officielle et légitime, enseignée à l’ensemble de la classe politique et à la majorité des appelés du contingent forcés à combattre en Algérie. Elle considère que la terreur d’État est une réponse légitime face à la «subversion révolutionnaire» et va employer le terrain colonial comme un vaste laboratoire pour connecter et systématiser l’emploi d’un certain nombre de pratiques de coercition du corps et de l’esprit : action et guerre psychologique, fichage, torture industrielle, déplacements et internements de populations, quadrillage militaro-policier du territoire, assassinats ciblés ou massifs, disparitions forcées, emploi de forces spéciales pour de vraies-fausses exactions… La doctrine de la guerre révolutionnaire appelle notamment à militariser le pouvoir, l’État et la société pour venir à bout de toutes les formes de subversion et purifier la société, elle constitue une sorte de révolution technologique dans l’histoire du contrôle des êtres humains : la mise à disposition de la classe dominante d’une matrice idéologique et d’une boîte à outils appelant à désigner l’ennemi intérieur, voire à le fabriquer pour mieux rétablir l’ordre, l’émergence d’une machine rationalisée de gestion de la peur dans la population, pour l’amener à sous-traiter le contrôle, à participer à sa propre domination.


L’ennemi intérieur

En quoi ce concept nous concerne-t-il encore aujourd’hui ?

Amener la population à collaborer avec l’État pour maintenir l’ordre est l’un des piliers du modèle de domination médiatico-sécuritaire, il s’agit de rentabiliser et de rationaliser le contrôle social. Un autre de ces piliers consiste à organiser la production du désordre pour générer des marchés économiques, politiques et symboliques dans le cadre du «retour à l’ordre». Mon livre montre que la doctrine de la guerre révolutionnaire ou «contre-subversion» n’a pas disparu lorsqu’elle a été interdite en 1960 mais qu’au contraire, elle avait profondément influencé les classes dirigeantes qui ont mis en place les premiers dispositifs sécuritaires dans l’après 1968 pour «écraser la subversion gauchiste». J’y explique comment à travers la lutte antimigratoire, l’antiterrorisme, la lutte contre les incivilités et les violences urbaines ou la criminalisation des mouvements sociaux, une grille de lecture s’est imposée, largement inspirée par celle de la contre-subversion.


La «doctrine de guerre révolutionnaire»

Tu peux nous en dire un peu plus sur cette notion d’«ennemi intérieur» ?

Partout où il existe des formes d’autorité centralisée, on observe la désignation d’un personnage récurrent, venant d’ailleurs et qui importerait au cœur du groupe «sain» les germes du désordre. Purger l’ennemi intérieur est un principe anthropologique, cela permet aux dominants de dissuader les uns de se révolter, s’ils ne veulent pas finir comme bouc émissaire et de masquer les rapports de domination aux autres. La purge publique semble par ailleurs souder autour du chef protecteur autoproclamé les parties de la population effrayées. Des sociologues comme Alfred Schütz ou Georg Simmel ont observé l’existence de ce principe dans des groupes sociaux très différents, des anthropologues comme René Girard ont étudié la récurrence de la fonction de bouc émissaire dans les sociétés monothéistes et le juriste nazi Carl Schmitt en a fait le centre de sa conception de l’État moderne. Il concevait la toute jeune Cinquième République française, née en 1958 d’un coup d’État militaire censé sauver l’Empire face à la menace combinée des communistes et des colonisés insurgés, comme un modèle de souveraineté, le prototype d’un État contre-subversif œuvrant pour la purification de la société.


Tarnac

Comment expliques-tu le recours à cette notion dans l’antiterrorisme aujourd’hui au sommet de l’État ?

Ceci est lié à la transformation de la grille de lecture contre-subversive en «pièce et règle du jeu politique» dans le modèle sécuritaire. L’antiterrorisme est une machine qui tend à désigner toute forme d’insoumission comme un ferment «révolutionnaire», c’est-à-dire comme le germe du chaos à venir, mais c’est aussi un laboratoire où l’on crée de nouveaux marchés politiques et économiques : désigner l’ennemi intérieur, le fabriquer pour mieux le saisir et l’écraser publiquement est devenu une mécanique, un savoir-faire à la disposition des fractions de la classe dominante.

L’édition du Monde du 5 février constate que 1% de la population a été gardée à vue en 2008, le chiffre est faramineux. Qu’est-ce que tu en penses ?

En fait, ils parlent de 600.000 gardés à vue je crois. On peut imaginer qu’une large partie d’entre eux a subi en fait de nombreuses GAV et qu’il ne s’agit donc pas de 1% de la population. De toute manière, la forme du pouvoir dépend du territoire, du corps sur lequel il s’applique, de la classe socio-économique de ceux qu’il encadre. Si le modèle sécuritaire désigne un bouc émissaire, c’est pour contrôler les classes populaires, pas l’ensemble de la population. La «population» est une catégorie mythologique qui permet à l’État de se considérer en garant et comptable du cheptel humain («statistique», étymologiquement, signifie comptabilité d’État). Elle laisse entendre qu’il existerait une communauté d’existence entre les oppresseurs et les opprimés, quelque chose qui les unirait par-delà les rapports de domination qui les opposent et, en général, il s’agit de «la nation». Il va sans dire que, même si des «mâles blancs riches» peuvent y être confrontés, disons quasiment «par erreur», c’est bien l’encadrement, la surveillance et la répression des pauvres en général et des descendants des colonisés en particulier qui alimentent cette statistique.

Au cours de l’affaire de Tarnac, on a entendu parler d’Alain Bauer. Il a obtenu une chaire de criminologie au Cnam. Que sais-tu de ce sinistre personnage ?

Le parcours d’Alain Bauer symbolise assez bien le déploiement de l’ordre médiatico-sécuritaire et des coalitions économiques et politiques qui s’en font les apôtres. Se présentant comme un «expert de la sécurité et de l’insécurité» de gauche, il a notamment fourni l’appareil idéologique dont le PS s’est servi en 1997 lorsqu’au colloque de Villepinte, il officialisait sa conversion sécuritaire. C’est une personne qui dispose de relations importantes dans les grands médias et les grands partis, de gauche comme de droite, qui a créé une entreprise (AB Associates) vendant des audits et conseils en sécurité ainsi que du matériel de sécurisation. Il a été durant plusieurs années à la tête du Grand Orient de France, l’une des plus puissantes loges maçonniques, ne cesse de publier des livres et d’intervenir à la télévision et à la radio, aux heures de grande écoute, pour dénoncer le laxisme des institutions face aux périls des «nouvelles menaces» et rappeler la nécessité de convoquer des experts comme lui. Après avoir navigué à l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure, il a été nommé directeur de l’Observatoire national de la délinquance. Il supervise actuellement la fusion des instituts d’étude de la sécurité intérieure et de la défense. Dans l’affaire de Tarnac, il avait acheté et fait circuler de nombreux exemplaires de L’insurrection qui vient pour convaincre le ministère de l’Intérieur qu’il avait enfin trouvé une tête, une organisation à terrasser afin de donner corps à la «mouvance anarcho-autonome», ce spectre médiatico-policier né de la peur à l’intérieur de l’État de voir se réaliser une alliance effective entre les révoltés des quartiers populaires et le mouvement révolutionnaire libertaire. Sa nomination à la chaire de criminologie du Cnam va lui fournir une forme de légitimation scientifique que jusque-là seuls les grands médias lui attribuaient, ça ne devrait pas changer grand-chose mais c’est le signe que l’industrialisation des machines médiatico-sécuritaires est loin de s’essouffler.

Comment vois-tu le futur ?

Je ne suis pas devin et le futur n’est qu’une représentation, mais en façonnant nos pratiques et nos engagements, cet imaginaire s’autoréalise parfois : le règne du carnage capitaliste ne peut perdurer que si les opprimés pensent que le «meilleur des mondes» est une sorte de monstre indestructible. Et c’est ce qu’il cherche en nous montrant en permanence ses «appareils de pouvoir» : nous effrayer, nous faire perdre espoir. La pulsion sécuritaire relève à la fois de l’exhibitionnisme et de la paranoïa des classes possédantes. Dans tous les cas, catastrophe écologique ou pas, le capitalisme globalisé ne s’effondrera pas tout seul. Comprenons bien que c’est une machine de machines et que nous sommes toutes et tous, en puissance, de joyeux mécaniciens. Convainquons-nous que tout commence ici et maintenant, que la domination du maître sur l’esclave et leur interdépendance ne cesse qu’à la seconde où l’esclave décide ne plus rien négocier avec son maître et que les rapports autoritaires, hiérarchiques et bureaucratiques sont les courroies de transmission du pouvoir au sein de nos combats pour l’émancipation. Nos «ennemis intérieurs» ne sont pas les «mous», les «infiltrés», les «ambigus», les «différents», que sais-je, mais notre disposition à reproduire au cœur de nos révoltes des schémas sociaux calqués sur les rapports de pouvoir économiques et politiques, racialisés et sexués. Arrêtons de négocier, ne laissons personne être notre représentant ni émerger aucun leader car toute tête qui dépassera servira de bouc émissaire. N’acceptons aucune trace d’autorité au sein de nos formes d’organisation, quels que soient nos partis pris à ce niveau-là. Tu me contrediras si je me trompe, mais l’exact contraire de «sécuritaire», je crois bien que c’est «libertaire».

Interview : Pâtre
Barricata no 18, mars 2009
Fanzine de contre-culture antifasciste et libertaire.



«À la recherche du nouvel ennemi»
Conférence-débat organisée par Pièces et Main d’œuvre,
avec Mathieu Rigouste, auteur de LEnnemi intérieur. ­ La généalogie coloniale et militaire de lordre sécuritaire dans la France contemporaine (Éditions La Découverte, février 2009)
Vendredi 27 mars à 19h30
Maison des Associations, 6 rue Berthe-de-Boissieux à Grenoble.

De «Vigipirate» à la «culture de la sécurité», l
’État français déploie depuis les années 1970 un arsenal techno-sécuritaire censé protéger la population des «nouvelles menaces» surgies en son sein : ­ islamisme, immigration clandestine, terrorisme, violences urbaines, etc. On ignore le plus souvent que cette fabrique de nouveaux «ennemis intérieurs» reconduit lhistoire coloniale et militaire française, et en particulier la «doctrine de la guerre révolutionnaire» conçue par larmée française durant les guerres dIndochine et dAlgérie.

L
enquête de Mathieu Rigouste, appuyée sur les archives de l’École Militaire, retrace la généalogie de ces nouveaux boucs émissaires, des territoires colonisés dhier aux quartiers populaires daujourdhui.

Découvrons comment en Indochine l
armée française sest convertie en parti armé et a transformé ses soldats en partisans. Comment ses officiers ont théorisé l«Organisation Politico-Administrative», les «hiérarchies parallèles», les «cinq phases», avec déjà le recours aux renseignements, tortures, contre-maquis, commandos mobiles. Comment Lacheroy, Trinquier, Massu, Bigeard, Aussaresses et compagnie ont reconduit la stratégie de la guerre révolutionnaire dans les départements français dAlgérie. Comment ils ont élaboré les «Dispositifs de Protection Urbains» — recensement, tortures, quadrillage du territoire, maillage de la population, infiltrations et manipulations — et remporté la Bataille dAlger contre «lennemi intérieur». Comment lécole française des «escadrons de la mort» sest imposée dans les états-majors du «monde libre». Comment furent inventés les «cinquièmes bureaux» daction psychologique. Comment ces cinquièmes bureaux organisèrent les coups dÉtat de larmée dAlgérie et servirent de matrice à lOAS. Comment la doctrine de la guerre révolutionnaire, si efficace lors du génocide rwandais, commande toujours plus lorganisation de la défense nationale contre les «nouvelles menaces». Comment, sous les auspices de lInstitut des Hautes Études de la Défense Nationale, et de lInstitut des Hautes Études de Sécurité Intérieure, lÉtat a adopté la doctrine de la «Sécurité nationale» qui depuis 1947 a couvert les dictatures militaires de la zone dinfluence américaine. Comment le «sécuritaire» adapte et reconduit la doctrine de la guerre révolutionnaire dans la France actuelle avec de nouveaux apports législatifs, politiques, médiatiques et technologiques. Et enfin, comment démonter ces politiques victimaires et résister à linstitution de nouveaux boucs émissaires.

8 mars 2009

Commenter cet article