L'arnaque de Tarnac ?

Publié le par la Rédaction


Que contient le dossier d’instruction de laffaire Tarnac ? Rien ! Le Monde a eu accès au dossier de laffaire Tarnac, du nom du village où habitaient neuf personnes arrêtées sous laccusation de terrorisme et, pour certaines, de sabotage contre des lignes TGV de la SNCF entre octobre et novembre 2008.

Selon le quotidien français, les quelque mille pièces et procès verbaux atteignent la hauteur «de sept à huit bottins». Bref, la police na pas chômé. Lenquête préliminaire a été ouverte le 16 avril 2008. Les neuf ont été filés, espionnés, filmés, leur courrier a été ouvert, leurs emails ont été piratés, jusquà leur interpellation le 11 novembre.

Selon Le Monde, «le dossier a beau être dense, il ne contient ni preuve matérielle ni aveux». Un seul témoignage — anonyme — qualifie Julien Coupat, le seul du groupe toujours incarcéré (sa troisième demande de libération a été rejetée), de gourou gauchiste. Diantre !


Lapplication du régime juridique qui permet ces mises en examen ne laisse pas d’inquiéter. La police en est à allumer des contre-feux en organisant, comme elle l’a fait hier, des fuites en direction des médias. On aurait retrouvé sur le disque dur de la compagne de Julien Coupat des textes présentant des similitudes avec l’Insurrection qui vient, un pamphlet gauchiste attribué au collectif de Tarnac. Ce que ce dernier nie, d’ailleurs. Lorsque les gendarmes s’improvisent critiques littéraires, Orwell n’est jamais très loin.

 


Cette affaire s’inscrit dans une tendance profonde. Celle de la régression des libertés publiques. Il est possible — sans preuve — de harceler et d’embastiller des personnes dont, jusquà nouvel ordre, le seul crime est de ne pas aimer lidéologie dominante. Il se trouve quelles ne sont pas les seules. Les millions de manifestants qui conspuent la démagogie populiste, la politique néolibérale et les liens affairistes de Nicolas Sarkozy sont dans le même cas, bien que ne partageant pas forcément le radicalisme du collectif de Tarnac.


Le Parti socialiste français vient de publier un fort instructif ouvrage qui fait froid dans le dos. Un abécédaire de cent cinquante pages de toutes les dérives en la matière depuis quelques années : création de fichiers en tous genres, bases de données ADN, vidéosurveillance, emprisonnement de mineurs, restriction du droit de grève, etc.


En loccurrence, depuis le 11 septembre 2001, on assiste à un tournant. Le système capitaliste a jeté le masque. Là où, par ruse systémique, il plaidait pour un développement du libéralisme économique parallèlement aux libertés démocratiques, il montre désormais son vrai visage. Seul compte le taux de profit. Et sil faut limposer à coups de matraque, voire de guerre «éthiques», où est le problème ?


Cela nétonnera que les naïfs. Rappelons-nous que la révolution néolibérale a dabord été testée dans des pays aussi charmants que la dictature de Pinochet, où la démocratie venait dêtre noyée dans le sang. Et que cest bien la bourgeoisie allemande qui a mis en place le régime nazi pour sauvegarder ses intérêts. On assiste simplement à un système qui nous montre aujourdhui sa vraie nature.


Philippe Bach - Le Courrier, 27 mars 2009
Quotidien suisse indépendant.

Commenter cet article