19 mars à Nancy : communiqué et tract CNT

Publié le par la Rédaction

La situation actuelle est l’affaire de tous :
Le 19 mars, Nancy ville morte


La CNT appelle à la manifestation du 19 mars : tous les précaires et employés de bureau, sportifs et cyclistes, cadres et ouvriers, artisans et stagiaires, sanspapiers, sanstravail et sanslogements de Nancy et environs.

Elle recommande également aux commerçants de libérer leurs salariés, de baisser grilles et rideaux et de fermer leurs portes. Sans quoi leurs travées risquent fort d’être envahies par les manifestants, la CNT se réservant le droit de les inciter à faire leurs courses…

Librement.

Départ de la manifestation
14h30 place Stanislas

16 mars 2009


Tract de la manifestation du 19 mars 2009

Camarades,

Aujourd’hui 19 mars doit être une journée où celles et ceux qui en ont marre de subir les sempiternelles crises du capitalisme doivent manifester leur révolte.

Que celles et ceux qui désapprouvent les bases inégalitaires de la société marchande, quelles que soient leurs conditions, déclarent leur solidarité aux manifestants et aux indigents parce que la situation actuelle est l’affaire de tous.

De nombreux patrons-commerçants de Nancy ont préféré ouvrir leurs magasins aujourd’hui en réclamant la protection de la police plutôt que de libérer leurs salariés afin que ceux-ci puissent rejoindre la manifestation.

Eh bien ces commerçants semblent avoir moins de couilles au cul que leurs homologues de Toul qui, eux, avaient baissé leurs rideaux en octobre 2007 our manifester leur solidarité envers les salariés de Kleber-Michelin jetés et manipulés comme des mouchoirs en papier.

Nous disons qu’il est grand temps aujourd’hui de se déterminer : soit on cautionne ce système inégalitaire en continuant de faire fonctionner la société marchande envers et contre tout ; soit on se montre solidaire dans la volonté de faire cesser les malversations de celles et ceux pour qui la profitation est le seul moyen de s’organiser en société.

Ceux-là même qui souhaitent faire perdurer ce système en sont maintenant à s’approprier le vivant ; ils brevettent ses semences, sa force physique, son intellect ; et pendant ce temps, partout les rafles des indigents, les lois liberticides et la dégradation des conditions de vie ne cessent de se développer.

De cette jungle sociétale hiérarchisée, entretenue par les riches et les gouvernements de tout bord, nous n’en voulons plus.

Nous appelons maintenant la population à détruire avec nous la société inégalitaire et à jeter les bases dès aujourd’hui d’une autre société : une société égalitaire, libertaire et solidaire.

Nous ne nous priverons pas de crier haut et fort les quelques conditions que nous jugeons indispensables pour construire une telle société.

Et d’abord celles de la gratuité des besoins élémentaires : nous ne voulons plus de la charité pour adoucir les dégâts systématiques d’une société inégalitaire. Il faut maintenant que les bases économiques de nos activités humaines reposent non plus sur celles de la profitation, ou sur la nécessité de maintenir des classes riches et des classes pauvres, mais que ces bases économiques soient fondées sur ces trois idées inséparables que sont l’égalité, la liberté et la solidarité.

Que chacun et chacune puisse vaquer à ses affaires, faire ses courses… Librement.

Vive l’émancipation des peuples
et que reVive la Commune de Paris !


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article