En France comme en Guadeloupe, tous ensemble en même temps !

Publié le par la Rédaction

Interview d’Élie Domota,
secrétaire général de l’UGTG et porte-parole du LKP


Dans cette interview, Élie Domota tire quelques enseignements de la grande victoire des travailleurs et du peuple guadeloupéens après 45 jours de grève générale contre le grand patronat et le gouvernement. Il explique notamment que les problèmes soulevés en Guadeloupe sont les mêmes que ceux que rencontrent les travailleurs français, rappelle qu’on ne peut gagner contre le gouvernement avec une seule journée de grève, et précise que lalliance État-justice-profiteurs existe encore aujourdhui.


Dans le même temps, les états-majors syndicaux français rassemblés dans la CES dont le mot d’ordre actuel est «sauver le capitalisme de lui-même», appellent à ne pas suivre l’exemple guadeloupéen. Bernard Thibault expliquait ainsi dans le Parisien du 10 mars : «Le conflit n'est pas transposable. La situation n’
est pas comparable. Les Antilles sont gangrenées par un taux de chômage de 20%, les prix y sont deux ou trois fois plus élevés et les salaires de 15% inférieurs à ceux de la métropole.»

Faudrait-il donc attendre que la situation des travailleurs français se dégrade encore pour que les états-majors syndicaux travaillent à construire l
union des luttes dans un rapport de force de très haut niveau et durable, seul capable d’imposer la satisfaction des revendications populaires ?

Alors que la grève générale dans l
Université se renforce, alors que les mobilisations se développent à lHôpital contre la casse de la santé publique, alors que les occupations dusines se multiplient contre les suppressions demplois, alors que le capitalisme mène les travailleurs à la ruine pendant que les gros actionnaires du CAC 40 se partagent des centaines de milliards de dividendes et daides gouvernementales et européennes, cest au contraire en suivant lexemple guadeloupéen dune «alliance contre la domination dune caste sur le plus grand nombre» et dun front «tous ensemble et en même temps» dune ampleur historique que nous pourrons battre Sarko-MEDEF et lUE.


L
UGTG est le syndicat majoritaire en Guadeloupe. Ses statuts précisent :
«LUGTG, “Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe”, est une centrale syndicale regroupant les travailleurs de Guadeloupe, sans distinction de race, dopinion publique, philosophique, religieuse, unis par la volonté de défendre leurs intérêts matériels et moraux.
Cest une organisation de masse qui milite contre lexploitation de lhomme par lhomme, pour abolir les rapports de type capitaliste et colonial que nous impose la France, lEurope et le Capital international.
LUGTG est une organisation de classe et de masse convaincue de la nécessité de transformer les rapports sociaux aux fins dune société plus juste, assurant à chaque homme son droit au travail, à la santé, à l’éducation, à la culture, à la vie.»

Collectif pour un front syndical de classe, 12 mars 2009.

Commenter cet article