Nancy : Les plans de la prison ont été volés

Publié le par la Rédaction


Des ordinateurs du groupe Eiffage BTP, constructeur de la nouvelle prison à Nancy, ont été volés lors d’un cambriolage. Ils contenaient plans et données confidentiels.

Cela aurait pu rester un simple petit casse de bureaux. Porte et fenêtre forcées. Locaux fouillés. Mais le seul nom de la victime — «Eiffage BTP» — suffit à donner une toute autre dimension à l
affaire.

Car sur les 32.000 m2 du plateau de Haye à cheval sur les communes de Nancy et Maxéville, l
entreprise qui nest autre que le troisième groupe français dans le domaine de la construction et travaux publics, est sur le point de terminer le chantier du nouveau centre de détention. Une prison flambant neuve dune capacité de 690 places — et déjà vouée à la surpopulation car près de 900 lits ont été posés — pour un coût hors taxes de 54 millions deuros.


Remise des clés

Le nouveau bâtiment entraînera la fermeture de l
ancêtre Charles III, au centre ville de Nancy. Le 19 février, la direction de lAdministration pénitentiaire de Strasbourg a dailleurs remis les clés du nouveau centre de détention à la directrice de Charles III. Et pour lheure, des surveillants gardent les murs sur le plateau de Haye.

La nouvelle prison doit accueillir ses premiers détenus entre le 22 et 26 juin. Pour des raisons de sécurité, la date précise n
est pas encore arrêtée. À moins que le cambriolage survenu le 27 février ait un impact sur le calendrier prévisionnel.

Pour des raisons de logistique, Eiffage avait choisi de louer des bureaux à l
OPAC, au rez-de-chaussée du bâtiment Tilleul argenté, dans le quartier sensible du Haut-du-Lièvre, sur les hauteurs de Nancy. Au no 17 et 17 bis, la gigantesque barre dimmeubles héberge outre des centaines de familles, un centre d’affaires. Mais, à lextérieur, aucune plaque n’indique quEiffage est présente à cette adresse a contrario des autres sociétés.

Reste qu
entre 12 heures et 14 heures, en labsence du personnel, la porte dentrée des bureaux a été forcée. Ce jour-là, Eiffage reste la seule société à avoir été visitée. Des traces de pesées sont visibles. Quatre ordinateurs portables ont été volés. Les disques durs contiennent des données confidentielles, des plans et codes relatifs à la nouvelle prison. Eiffage a déposé plainte et a déménagé du Tilleul argenté. Vol ciblé ou œuvre de petits délinquants en quête de matériels informatiques ?


Enquête de la «crim»

Depuis huit jours, c
est le branle-bas de combat tant dans les services de lhôtel de police du boulevard Lobau que chez les autorités judiciaires au parquet de Nancy. Et le procureur de la République sattache en personne à suivre de très près les investigations menées par les enquêteurs de la brigade criminelle de la sûreté départementale. Linformation relative à ce cambriolage ultra-sensible est remontée jusquaux ministères de lIntérieur et de la Justice.

Presse jaune, 9 mars 2009
(Alain Thiesse, L’Est républicain).

Commenter cet article